marche

El Hadj Tahar Boulenouar estime à 20 % la flambée des prix et rassure : 60 800 commerçants «opérationnels» durant l’Aïd

Le président de l’Association nationale des commerçants et des artisans (Anca), Boulenouar El Hadj Tahar a animé, hier à Alger, le forum du quotidien arabophone «Essawt el Akhar», pour débattre les questions d’actualité, où il a tenu à rassurer que «toutes les conditions sont réunies pour la réussite du programme de permanence relatif aux deux jours de l’Aïd el Adha, ayant été élaboré cette année par les services du ministère du Commerce en prévision de l’Aïd». Mais ce consultant lorsqu’il s’agit de la mercuriale, a toutefois estimé qu’«il n’y aura pas de baisse des prix des fruits et légumes avant les jours de l’Aïd el Adha». En effet, de prime à bord, le président de l’Anca, a tenu à affirmer que «les perturbations qui marquent les jours de l’Aïd el Adha depuis plusieurs années déjà que ça sera réglé cette année», lui en tant que représentant des commerçants, il révèle que «le dispositif comprenant le nombre de 50800 commerçants qui sont sommés d’ouvrir durant les deux jours de l’Aïd, sera renforcé par pas moins de 10 000 commerçants bénévoles travaillant dans l’alimentation générale, fruits et légumes ». Toutefois, il note que «le citoyen doit comprendre qu’il s’agit d’un service minimum». Concernant les 5.506 boulangers qui vont assurer la permanence de l’Aïd El Adha, il estime que «le langage des chiffres révélateur, entend dire qu’il n’y aura pas de problèmes d’approvisionnement en pain durant les deux jours de l’Aid el Adha». Plus explicite Boulenouar dira que, «si on fait le calcul, pour 1541 communes, chaque commune aura plus de quatre boulangers». Selon le constat fait par le président de l’Anca, l’autre condition favorable pour atteindre l’objectif de garantir aux citoyens un approvisionnement régulier en produits alimentaires et autres services, est la bonne organisation. De plus, «ces derniers ont été sensibilisés sur les sanctions qui pourraient en découler du non respect de cette permanence», dit-il, avant de rappeler «les peines qu’encourent les commerçants qui n’observent pas le programme de permanence, notamment une fermeture du commerce pour une période de trois mois et le paiement d’une amende allant de 30 000 à 200 000 DA». Jugés plus accessibles, il y a encore quelques jours, les prix des fruits et légumes, ont malheureusement flambé à la veille de l’Aïd el Adha. Pire encore, et même si les spécialistes de la question, soulignent que « pour cette fois-ci, le phénomène de la spéculation n’est pas à pointer du doit », la flambée des prix des fruits et légumes, qui s’est déclenchée il y a quelques jours, ne vont pas connaitre de baisses à la veille de la fête du sacrifice. Ceci est le moins de ce qu’a tenu à nous indiquer le président de l’Anca, lors du jeu des questions réponses.
Pour lui, cette flambée des prix des fruits et légumes, qu’ont connu certains produits alimentaires ces derniers jours est due au départ des saisonniers qui sont allés rejoindre leur famille à la veille de l’Aïd. Faisant savoir que « les prix actuels des fruits et légumes sont plus élevés de 15 voire à 20% comparativement à ceux pratiqués il y a quelques jours, Boulenouar, a tenu à estimer qu’« à l’heure actuelle, les prix peuvent augmenter davantage, mais nous prévoyons une baisse après l’Aïd El Adha ».
Mohamed Amrouni