Drame à Skikda

DRAME AU LARGE DE LA PLAGE KAF FATIMA (SKIKDA) : Mort de trois fillettes dans le chavirage d’une embarcation

Une ballade sur un bateau de plaisance durant l’été constitue une nouvelle tendance en vogue parmi les vacanciers algériens sur les plages du vaste littoral national. Mais, un moment de plaisir peut tourner au drame comme celui que venait de connaître le large de Skikda. Dimanche dernier, trois petites filles sont mortes après le chavirage d’une embarcation de plaisance, au large de la plage Kaf Fatima, dans la wilaya de Skikda.
Les trois victimes étaient sur l’embarcation de plaisance avec une dizaine d’autres personnes dont plusieurs autres enfants qui ont pu être, heureusement, sauvés après le naufrage de l’embarcation.
Selon un communiqué rendu public hier, par la direction de la Protection civile, « les rescapés ayant survécu au drame sont au nombre de huit personnes.»
Un estivant choqué par le drame, interrogé sur place par une chaîne de télévision privée, raconte que « les sauveteurs en mer interviennent rapidement, ajoutant que « les deux premières victimes étaient extraites et ramenées à terre pour leurs donner les premiers soins nécessaires.» Poursuivant il indique qu’ « après plusieurs tentatives les secours ne sont malheureusement pas parvenus à les réanimer. »
L’interlocuteur précise également que «les recherches effectuées par les secouristes se sont poursuivies sans relâche pour trouver la troisième victime, portée disparue.»
Cette dernière, la troisième victime, une autre petite fille, succombera malheureusement, selon le communiqué de la Protection civile, rendu public hier matin.
Un drame et des interrogations !
Par ailleurs, à noter que la mort des trois petites filles suscite des interrogations sur les causes de l’accident et les normes de sécurité nécessaires, et sur les conditions météorologiques, si elles étaient optimales pour naviguer. À souligner dans ce sillage que pour d’autres vies soient épargnées dans le futur, les autorités concernées sont appelées à se pencher sur la question de la réglementation de l’activité des balades en mer, qui s’est imposée comme une nouvelle tendance attractive. Pour l’heure, il y a lieu de noter qu’une enquête a été lancée afin de déterminer les circonstances du drame. Elle doit, notamment déterminer si les passagers portaient des gilets de sauvetage. Les enquêteurs se pencheront sans doute sur les conditions météorologiques si elles étaient optimales pour naviguer. Pas loin de ce sillage, il est à rappeler que les mauvaises conditions de la mer étaient, l’une des raisons qui ont failli causer la mort à deux pécheurs, secourus hier matin, soit le lendemain du drame de Skikda.
«Deux pécheurs ont été disparus au large des côtes de Mostaganem pendant des heures», a indiqué hier, le groupement territorial des garde-côtes de la wilaya de Mostaganem cité par l’Agence Presse Nationale.
Selon la même source, «les deux pêcheurs sont sortis dimanche, à l’aube, à la plage de Sidi Majdoub (à l’est de la ville de Mostaganem) cett sortie de pêche ordinaire avant d’être retardés, au retour, en raison d’une panne de carburant et des mauvaises conditions de la mer qui ont poussé le bateau au large.
Mohamed Amrouni