DJILALI HADJADJ

DJILALI HADJADJ, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : «La mobilisation citoyenne, conséquence de l’immixtion de l’argent dans la politique»

L’intrusion de l’argent sale dans la vie politique et la généralisation de la corruption ont eu comme conséquence «la montée de la colère populaire» qui s’exprime dans la rue depuis le 22 février, relève le président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AALCC), Djilali Hadjadj, dans un entretien paru, dimanche, sur le site « Actu-file.com ».
Au fil de ces dernières années, en effet, l’argent est devenu un puissant facteur sur la scène politique en Algérie comme en ont fait part même les autorités par le passé récent. Aux conséquences très néfastes surtout, puisque ce fléau endémique s’illustre par la généralisation de la corruption, le truquage des élections et l’achat des consciences. Cette pratique n’a pas échappé aux manifestants réclamant le départ du système actuel et qui dénoncent, dans leurs slogans, des hommes politiques soupçonnés d’être en accointance avec des hommes d’affaires corrompus et qui ont été responsables de bradage de l’économique nationale.
«C’est un des principaux symptômes de la crise actuelle,  et malheureusement, il n’y a pas eu de contre-pouvoir pour limiter les effets dévastateurs de ce fléau, du coup la gangrène a pris place, s’attaquant à tous les secteurs de la République», souligne Djilali Hadjadj. Face à ce fléau, Hadjadj déplore une «impunité généralisée» dont jouissaient ces personnes mises en cause.
De ce fait, «les réactions de toutes les couches de la société, “victimes” presque consentantes depuis des décennies, ont heureusement pris les devants », développe-t-il. Cette semaine, le monde des affaires a été frappé par la mise en examen d’Ali Haddad, patron de l’ETRHB et ex-président du FCE, intercepté dans la nuit de ce samedi à dimanche, au niveau du poste frontalier d’Oum T’boul, alors qu’il se dirigeait vers la Tunisie», illustre, de ces propos, Hadjadj, qui poursuit que «cette arrestation intervient dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de transferts illicites de capitaux vers l’étranger.»
Hamid Mecheri