dhihadistep5

DJIHADISME EN AFRIQUE : Le continent sur le pied de guerre contre le terrorisme

Le terrorisme dans les pays du Sahel reprend du poil de la bête. Au Mali, où plus d’une centaine de soldats maliens ont été tués dans des attaques terroristes malgré la présence massive des casques Bleus et la mise sur place d’une force multirégionale (G5 +1) appuyés par la force française Barkhane et l’armée américaine, le terrorisme continue à faire son lot de victimes et de désolation.

Le Burkina Faso vient de connaître à son tour son plus sanglant attentat terroriste où 37 personnes sont mortes et plus de 60 autres blessées, tous des civils travaillant dans une mine d’or. Quelle causalité donner à ce regain de violence, et dans quel but ? Les terroristes ont donc frappé une nouvelle fois le 06 novembre au Burkina Faso, ils ont fait 37 victimes, sans oublier les autres pays qui font face à l’hydre terroriste, où 71 soldats ont été tués au Niger ces derniers jours. Ce terrorisme pratiqué par des hors- la-loi et des laissés pour compte, le Djihadisme est avec nous depuis plus d’un quart de siècle. Réinventé et expérimenté par El Qaïda qui fait aujourd’hui figure d’ancêtre, il a été repris depuis peu par son rejeton, Daech. On a tendance à oublier que ce Djihadisme est né en Afrique, plus précisément au Soudan et que ses premiers sinistres faits d’armes à la fin du siècle dernier ont eu pour cible des ambassades américaines en Afrique de l’Est. Il prospère en Algérie dans les années 1990, puis en Somalie. Combattu farouchement en Algérie, il a été vaincu quoique sa marge reste résiduelle. Des émirs ont remplacé ceux qui étaient tués ou qui ont renoncé. Ils ont maintenu la flamme ou l’ont rallumée lorsqu’on la croyait éteinte et ont appris à franchir les frontières. Le phénomène a ensuite gagné l’Afghanistan et a servi au Moyen-Orient, a frappé l’Amérique, l’Europe, l’Asie. Il est devenu mondial. Les djihadistes veulent se faire passer pour les représentants de la plus grande Religion du monde : l’Islam. L’instabilité et le tumulte qu’ils ont créés vont peut-être durer des décennies. Le Djihadisme est revenu en Afrique, et tout indique qu’il va gagner du terrain, depuis plusieurs années, il a frappé au Nigeria en Tunisie et en Égypte, puis au Mali et au Burkina. La base arrière libyenne où il est en train de s’installer, où il peut s’entrainer, trouver armes et un refuge qui va lui permettre d’acquérir une dimension nouvelle et d’embraser une aire africaine plus large. Les pays subsahariens de la zone sahélienne, Nigeria inclus, sont déjà sur le pied de guerre. Le continent africain est en passe de devenir l’un des principaux théâtres des opérations Djihadistes.
La rivalité et la surenchère entre El Qaïda et Daech sont plus nettes en Afrique qu’ailleurs et se feront sentir de plus en plus ; le fait c’est que les djihadistes soient souvent africains et qu’on puisse recruter facilement sur le continent va compter chaque jour davantage. Cependant, les meilleurs spécialistes en la matière assurent que le nombre total des djihadistes dans le monde, en incluant ceux qui sont seulement des soutiens, ne dépasse pas les 70 000 hommes ou femmes, la plupart jeunes. Ce qui fait que sur plus de 7 milliards d’êtres humains, il y aurait donc moins de 1 djihadiste ou sympathisant pour 100 000 personnes.
Toutefois, depuis près de trois décennies les terroristes évoluent, leur nombre s’accroît. Ils représentent un danger de plus en plus grand, parce qu’ils ont décidé de tuer d’une manière aveugle et d’aller au devant d’une mort probable, voire certaine. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il a acquis une dimension mondiale.
À ce jour, nul n’a trouvé la manière d’en venir à bout, alors que tous les pays concernés sont sur le pied de guerre. Le terrorisme est une épine empoisonnée à extirper absolument avant qu’il ne soit trop tard.
Mâalem Abdelyakine