Disponibilité de l’eau durant la saison estivale : Necib dévoile sa feuille de route

Ayant enregistré, au cours de la saison estivale 2017, 1 380 perturbations, dans la distribution de l’eau potable à travers 24 wilayas du pays, le ministère des Ressources en eau affiche sa détermination à éviter les tares de l’année précédente en prévoyant, d’ores et déjà, une série de mesures pour assurer la disponibilité de l’eau au cours de l’été 2018.

Le plan national d’urgence, qui vise à ramener à une «distribution quotidienne » le maximum de communes avant l’été 2018, était hier, au cœur d’une réunion intersectorielle, regroupant les ministères des Ressources en eau, l’Intérieur ainsi que l’Énergie et les Mines. Objectif : se préparer à de nouveaux pics de chaleur pour éviter de reproduire les mêmes erreurs qu’en 2017. « Nous avons enregistré 1.380 perturbations dans la distribution de l’eau potable à travers 24 wilayas du pays en 2017 », a fait savoir le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, lors d’une rencontre intersectorielle consacrée à la préparation de la saison estivale, et ce, en présence du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nourredine Bedoui. Tout en rappelant que les perturbations qu’on connues ces wilayas sont en partie dues à la faible pluviométrie et à la forte vague de chaleur, le ministre s’est montré déterminé à assurer la disponibilité de l’eau à travers le territoire national. Pour ce faire, il annonce une série de mesures permettant de couvrir les besoins des habitants en eau potable. Qualifié d’un « programme d’urgence », celui-ci porte sur la réhabilitation et la réalisation des forages, la rénovation des réseaux ainsi que la réhabilitation des installations de pompage et de traitement. «En prévision de la saison estivale 2018, notre département ministériel a initié et mis en œuvre un vaste programme portant sur la redynamisation et l’achèvement des projets en cours de réalisation », a déclaré Necib, avant de préciser que ce programme porte, entre autres, sur « la mobilisation des ressources principalement souterraines, le raccordement de nouvelles communes et localités sur les grands systèmes existants, la rénovation des conduite défectueuses, la réhabilitation des stations de traitement et des stations de pompage, ainsi que l’élimination des piquages illicites ». Plus loin dans ses assurances, Necib a précisé que de nombreux projets qui sont en cours de réalisation seront réceptionnés avant le Ramadhan 2018, pour accroître la disponibilité de l’eau à travers les commune touchées par la sécheresse. Tenant à rassurer les 24 wilayas touchées en 2017 par des restrictions en matière de distribution de l’eau potable, le ministre a indiqué que plusieurs rencontres ont été tenues, sous sa présidence, permettant de faire l’état des lieux, tout en dégageant des propositions d’amélioration pour chaque commune de chaque wilaya. En gros, le ministre a indiqué qu’une « feuille de route » a été arrêtée pour la prise en charge des communes déficitaires à travers ce programme d’action ». Selon les chiffres du ministère des Ressources en eau, 592 communes sont actuellement non desservies au quotidien. À travers le dit programme, le ministère vise à assurer une couverture quotidienne pour 367 communes avant l’été 2018. Pour ce qui est des 225 communes restantes, le ministère assure que celles-ci passeront au quotidien au delà de la saison estivale avec des financements à mobiliser de l’ordre de 25 milliards de DA. Le ministère a, de surcroit, fait savoir que l’augmentation de la demande et de l’ordre de 25% en été, alors que ce taux est de +50% dans les villes côtières. Au sujet des créances, le premier responsable du département des Ressources en eau a fait savoir que le montant des factures impayées par les communs est de l’ordre de 7.8 milliards de DA, sur un total de 14 milliards de DA de créances impayées par les institutions publiques. Interrogé sur ce point, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, pointe du doigt une «mauvaise gestion », précisant que ces factures figurent parmi les dépenses obligatoires annuelles de chaque commune. À cet effet, Bedoui a assuré que des directives ont été données aux collectivités locales pour régler leurs créances avant le mois de Ramadhan 2018.
Lamia Boufassa