medecin-residents2

Dialogue Hasbellaoui-médecins résidents : Tout se saura aujourd’hui

En attendant la publication du procès-verbal de la réunion de négociations ayant regroupé le Camra et le ministère de la Santé, il semblerait que la tension a baissé d’un cran dans le secteur de la santé. Tandis que la réunion a été qualifiée par les deux parties de «positive», l’on croirait que la raison a fini par l’emporter et le dénouement dans le dossier se confirme. Les négociations entre le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA) et la tutelle ont, enfin, repris, hier, dans un climat «serein» malgré le maintien du boycott du Diplôme d’études médicales spécialisées (DEMS). Après plus de quatre mois de grève, ponctuée par des rassemblements et des marches pacifiques au niveau de plusieurs wilayas, dont Alger et Oran, les médecins résidents ont enfin pu reprendre le dialogue avec le ministre du secteur, Mokhtar Hasbellaoui, et ce, après plus d’un mois d’interruption du dialogue. Les négociations, qui ont duré plusieurs heures, ont porté sur l’éventualité de trouver un consensus entre les deux parties, en essayant d’harmoniser la plateforme des revendications et les propositions de la tutelle. Tout au long de la journée, des informations ont filtré au sujet de l’accord donné par le ministre pour la révision du statut du résident. Mais à l’issue de la rencontre, les deux parties ont refusé de confirmer l’information en précisant que «le PV de la réunion sera publié au plus tard demain (ce matin, Ndlr)». Néanmoins, lors d’un point de presse, organisé, à l’issue de la rencontre, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Professeur Mokhtar Hasbellaoui a exprimé son satisfecit du déroulement des négociations. « Je suis satisfait du climat dans lequel s’est déroulée cette réunion», a-t-il dit, avant de préciser que «l’ensemble des points abordés seront rendus publics ce soir ou demain (aujourd’hui) à travers le procès verbal (PV)». Toutefois, le premier responsable du département de la Santé se dit «convaincu» que les résidents prendront de «sages décisions». Pour sa part, le Dr Mohamed Taileb, porte-parole du Camra a refusé de s’exprimer au nom de tous les résidents, en précisant que ces derniers «se réuniront mardi lors d’une assemblée générale pour décider de l’avenir de la protestation». Tout en précisant que «c’est aux médecins eux même de prendre la décision finale», le Dr Taileb s’est dit lui aussi satisfait de la rencontre. «Il y avait de nombreux points positifs aujourd’hui», a-t-il lancé, tout en précisant que le PV final déterminera l’avenir de la protestation. C’est donc un pas en avant, et la protestation dans le secteur semble se dénouer. Les prémices d’un dégel pour ce conflit sont palpables surtout après l’atténuation observée dans le discours des médecins résidents qui de l’obligation de l’abrogation du service civil sont passés à la nécessité de la disponibilité des moyens lors d’une affectation au service civil, tout en se focalisant désormais sur la révision du statut du résident. Pour rappel, ce conflit s’est installé dans la durée. Entamé au mois de novembre dernier, les futurs praticiens ont du frappé à toutes les portes des facultés, syndicats, Cnes, ministères, Premier ministère, Sénat, APN et même la Présidence, mais ils se sont toujours heurtés au silence. Notons qu’au moment où les représentants des médecins résidents reprenaient le dialogue avec la tutelle, le boycott du DEMS dans les spécialités de pédiatrie, dermatologie, oncologie et gastro-entérologie a été maintenu.
Lamia Boufassa