euro5

Dégringolade de l’allocation touristique à 105 euros pour 15 400 DA à la banque : La dépréciation du dinar pointée

Plus de trois millions d’Algériens s’apprêtent à plier leurs bagages afin de passer les vacances de la saison estivale à l’étranger, alors que pas moins de deux millions d’entre eux séjourneront chez nos voisins tunisiens.

Comme tout le monde le sait, les citoyens ont le droit d’effectuer une opération de change monétique une fois par an dans une banque publique ou privée, mais ils doivent se satisfaire d’une allocation touristique de 105 euros seulement contre 15 400 DA, (cela a été vérifié, mercredi dernier, au niveau d’une agence CPA, située à Port Said à Alger). Cette somme est jugée très insuffisante pour passer une nuitée dans un hôtel respectable. En revanche, l’allocation touristique accordée aux Algériens est la moins importante au Maghreb. En comparaison, l’allocation touristique annuelle octroyée aux Marocains et Tunisiens se chiffre respectivement à 3500 et 3000 euros.
En 2018, la valeur de l’allocation touristique a lourdement chuté au niveau des banques, cette petite bourse dégringole de plus de 10 euros chaque année, signalons que durant les quatre dernières années, elle a perdu 40 euros, et c’est énorme ! Le 20 janvier 2015, à titre d’exemple, le taux de cette petite bourse s’affichait à 135 euros, en décembre de la même année, la somme glissait à 120 euros. Pour juillet 2016 cette allocation a régressé encore en atteignant les 115 euros. Fin 2017, cette fameuse prime a touché le fond de la fourchette, car toutes les banques ne pouvaient pas verser plus de 100 euros. La crise économique, la chute drastique des prix des hydrocarbures et la dépréciation du dinar face au billet européen, sont des facteurs essentiels qui ont causé cette crise au niveau des banques. Donc la baisse est justifiée par la chute de la valeur du dinar face à l’euro et le dollar sur la bourse monétaire internationale, en plus des autres facteurs que nous avons évoqué.
Si les Algériens ne sont toujours pas satisfaits par les prestations du tourisme domestique, plusieurs raisons comme le manque des infrastructures hôtelères et des complexes touristiques, les prix exorbitants proposés par les hôtels existants obligent les gens à abandonner la piste locale, même si à l’étranger les vacances coûteront plus cher. Puisque les 100 euros octroyés représentent une allocation très maigre. Les Algériens désireux de voyager sont obligés de se tourner vers le marché noir pour acheter des devises à des prix vertigineux. D’ailleurs, le taux de l’euro a été fixé, avant-hier, par les combistes 214 DA pour un euro.
Selon l’expert en finances Kamel Si Mohamed, la raison de la dégringolade de l’allocation touristique réside dans la dépréciation du dinar au niveau des banques, ou 1 euro égale 139 DA. Ajoutant dans ce contexte qu’en une année, le dinar a reculé de plus de 10%. Pour cet expert, cette chute libre du dinar est due à cause des mesures prises par le gouvernement en fin de 2017, lorsque l’État a décidé d’imprimer plus d’argent, dans le cadre de la modification de la loi des crédits.
Mohamed Wali