DANS SON MESSAGE à L’OCCASION DE L’ANNIVERSAIRE DE L’UGTA ET DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le président Bouteflika appelle à «la continuité»

Représentant le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Noureddine Bedoui, a présidé, hier, à Adrar, les festivités commémorant le 63e anniversaire de la création de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) et le 48e de la Nationalisation des hydrocarbures.

à cette occasion, le président Bouteflika a souligné, dans un message adressé à la Nation, que « les étapes successives de l’histoire algérienne, dans la lutte, mettent en évidence le message de solidarité et les vertus de la continuité », expliquant que « la continuité fera que chaque génération ajoute une pierre à ce qui a été construit et veille à ce que cette dynamique soit maintenue», a souligné le président de la République dans un message, lu en son nom, par le ministre Bedoui.
Pour le Premier magistrat du pays, la continuité permettra de remédier aux «défaillances marginales» et de permettre à l’Algérie de doubler sa vitesse de concurrence avec d’autres nations dans le développement. Évoquant le choix de la wilaya d’Adrar pour la célébration du double anniversaire, le Président à indiqué que ce choix contient plusieurs symboliques et indicateurs. à ce propos, il a rappelé les essais nucléaires effectués par la France coloniale dans la région et dont les citoyens souffrent jusqu’à aujourd’hui de leurs effets. En outre, le président Bouteflika a rappelé le rôle de l’UGTA durant la Révolution algérienne et après l’Indépendance du pays. «Les travailleurs algériens ont décidé de créer l’UGTA sous la conduite de Aïssat Idir», a-t-il rappelé en mémoire. «Il y a eu des centaines de travailleurs parmi les martyrs pendant la lutte indépendantiste. Les travailleurs ont joué un rôle important dans le ravitaillement et le financement de l’intérieur et de l’extérieur pour les familles des martyrs et des réfugiés», a rappelé encore Bouteflika. Le chef de l’État a ajouté : «C’est ça l’UGTA qui était toujours au rendez-vous à chaque fois que l’Algérie lui fait appel. Il l’était également une seconde fois, durant la tragédie nationale». Bouteflika à aussi évoqué le rôle des travailleurs algériens dans la nationalisation des hydrocarbures. «Les sociétés étrangères pensaient que les algériens n’avaient pas les capacités de gérer leurs entreprises et leurs ressources, ainsi que d’asseoir leur souveraineté sur les hydrocarbures, qui constituent toujours la locomotive de l’économie nationale. Il a indiqué que «l’Algérie a su surmonter la tragédie nationale qu’elle a connue. Nous avons commencé par prendre la voie de la construction et de la réalisation et nous avons pu sortir de la couleuvre de l’endettement, et en construisant des écoles, des usines et des hôpitaux à travers le pays », a-t-il expliqué. Il a affirmé que l’Algérie a dépassé les difficultés, malgré la crise financière, et ce, grâce aux travailleurs et l’UGTA. «Nous sommes conscients qu’il y a encore des défis à relever, et nous faisons face à un environnement sécuritaire instable, mais, nous avons une armée courageuse», a-t-il ajouté. Bouteflika a estimé que «nous avons une économie forte et nous voulons garantir une efficacité économique pour une justice sociale, et l’Algérie a la capacité pour gagner la bataille du développement».
Med Wali

ABDELMALEK SELLAL, DIRECTEUR DE CAMPAGNE éLECTORALE DE BOUTEFLIKA :
«On peut ne pas être d’accord, mais préservons la paix ! »
Le directeur de campagne électorale du candidat Bouteflika, Abdelmalek Sellal, a affirmé, hier, que « toutes les franges de la société, les imams et les savants sont pour la continuité du président de la République. Ils le soutiennent, ils veulent que Bouteflika reste notre Président !», a-t-il indiqué, à Adrar, lors de la célébration du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la Nationalisation des hydrocarbures. Interrogé sur les marches du 22 février, dont le mot d’ordre était le rejet d’un 5e mandat, l’ancien Premier ministre prend position : «Tout le peuple algérien a le droit de s’exprimer pacifiquement sur son désir et ses convictions par rapport aux prochaines élections présidentielles.» Ajoutant en ce sens que « même si les jeunes ne sont pas d’accord, il faut qu’on préserve tous ensemble la paix et la sécurité de notre pays », a-t-il conclu.
M.W.

SIDI SAïD, SG DE L’UGTA :
«La violence n’a jamais apporté de solutions ! »
Le discours d’hier, du secrétaire général de l’UGTA, Sidi Saïd, avait une tonalité politique très marquée en déclarant, notamment que « le militantisme noble ne peut se construire que sur le socle de la stabilité et de la paix basée sur le dialogue », ou encore que « la violence n’a jamais apporté de solutions aux problèmes », a-t-il dit lors de son intervention. Il enchaîne « vous voulez qu’on revienne au sang et aux larmes ? Vous voulez qu’on revienne au temps des orphelins ? Vous voulez qu’on revienne à l’époque des maisons et des usines brulées ?», a-t-il brandi comme avertissement à l’endroit des opposants au cinquième mandat de Bouteflika. Pour lui, il est hors de question que les Algériens revivent les mêmes drames de la décennie noire. « Non à la fitna ! à cette époque, on cherchait la lueur qui nous aiderait à arriver au bout de cette fitna », a-t-il encore asséné.
M.W.