CAN

Coupe d’Afrique des nations : Le Cameroun abritera l’édition 2021, la Côte d’Ivoire celle de 2023

La Confédération africaine de football (CAF) a décidé que la Coupe d’Afrique des nations CAN-2021 aurait lieu au Cameroun, dessaisi de l’organisation de la CAN 2019, alors que l’édition 2023, quant à elle, se tiendrait en Côte d’Ivoire, a indiqué le président de la CAF, Ahmad Ahmad.

«Pour arranger les choses de manière humaine, nous décalons donc toutes les CAN pour donner plus de chance au Cameroun afin qu’il réalise les infrastructures et nous allons les accompagner de près afin qu’ils soient prêts en 2021. On organisera donc la CAN 2021 au Cameroun et la CAN 2023 en Côte-d’Ivoire. C’était la décision prise par le Comité Exécutif», a indiqué le premier responsable de la CAF dans un entretien accordé à Afrique Média TV, sans évoquer le sort de la Guinée, censée abriter la CAN-2023. Réuni vendredi, à Accra (Ghana), le Comité exécutif de la CAF avait décidé de retirer l’organisation de la CAN-2019 au Cameroun, en raison du retard accusé dans la construction des stades devant abriter le tournoi. «Les infrastructures vous le savez très bien, avec un taux de finition entre 50 et 55%. Nous ne pouvons pas aller dans un stade ou dans un hôtel dont la construction vient à peine de s’achever et à amener 500 jeunes footballeurs professionnels. Il y a aussi le rapport de la visite d’inspection, tout ça c’est réel», a-t-il ajouté. Avant d’enchaîner : «La CAF a, à cet effet dépensé beaucoup d’argent pour accompagner le Cameroun et rappeler que ces travaux nécessitent des accélérations. Vous savez, c’est depuis le 20 septembre 2014 que cette CAN a été attribuée au Cameroun, vous pouvez voir avec moi à quel moment ont commencé les travaux (…) Nous avons validé par le comité exécutif et approuvé par le congrès de la CAF que le Cameroun n’était pas prêt. Ce sont des décisions légitimes et légales que nous avons prises. Tous les vingt membres du comité exécutif présents ce jour-là on dit que ce n’était pas possible pour le Cameroun d’organiser cette CAN. Nous ne pouvons faire aucune entorse malgré les efforts constatés et la volonté réelle du chef de l’État Paul Biya, car le règlement, c’est le comité exécutif qui l’a mis en place depuis fort longtemps». Répondant à une question de voir le Cameroun recourir au tribunal arbitral du sport (TAS), le président de la CAF a estimé que son instance avait «pris de bonnes décisions pour le bien du football africain selon les règles et les statuts des compétitions de la CAF. Tout est clair. Si vous parcouriez le règlement de la CAN, l’article 25 et l’article 92, notamment. Nous n’allons pas faire comme les autres, retirer l’organisation d’une CAN à un pays et le laisser tomber, non. Et, je l’avais toujours dit, pour développer le football africain, on doit coopérer avec les gouvernements, surtout avec les Chefs d’États», a-t-il conclu. Le Maroc ou l’Afrique du Sud sont idéalement positionnés pour reprendre l’organisation de la CAN-2019. La CAF va lancer un appel à candidatures. Le suppléant du Cameroun sera connu d’ici le 31 décembre.

La Fédération ivoirienne dénonce les tergiversations de la CAF
La Fédération ivoirienne de football (FIF) a dénoncé mardi, les déclarations du président de la Confédération africaine (CAF), Ahmad Ahmad, annonçant un décalage dans l’organisation des Coupes d’Afrique des nations (CAN) et assurant que la Côte d’Ivoire ne serait «pas prête» pour celle de 2021. «Aucune autorité étatique ivoirienne, ni aucun dirigeant de la Fédération, n’a été contacté ou approché par la CAF», a écrit la FIF dans un communiqué. «La Fédération ivoirienne de football déplore cette façon de procéder. C’est pourquoi elle s’est empressée d’adresser à la CAF un courrier à ce sujet», a-t-elle ajouté. En 2014, la CAF alors présidée par le Camerounais Issa Hayatou avait attribué les trois prochaines CAN selon le calendrier suivant: 2019 au Cameroun, 2021 à la Côte d’Ivoire et 2023 à la Guinée. Or, la CAF a décidé le 30 novembre à Accra de retirer au Cameroun l’organisation de la CAN-2019, en raison des retards dans l’avancement des travaux. Pour la Confédération, le pays n’est pas prêt à accueillir du 15 juin au 13 juillet un tournoi élargi à 24 équipes. Puis lundi, Ahmad Ahmad a annoncé d’autres décisions prises selon lui par le comité exécutif ce même 30 novembre dans la capitale ghanéenne, mais pas mentionnées dans le communiqué publié sur le site internet de la CAF. «On a pris cette décision: décalons. Parce qu’on a vu aussi que même la Côte d’Ivoire ne sera pas prête pour 2021. Pour arranger les choses de manière vraiment humaine, décalons toutes les CAN, donnons plus de chance au Cameroun, plus de temps, pour qu’il réalise les infrastructures», a dit Ahmad lundi, sur la chaîne de télévision Afrique Média TV. «On va les accompagner de près pour éviter que ça n’aille pas. En 2021 ils seront prêts: on organise la CAN au Cameroun. Et en 2023 on organise en Côte d’Ivoire. C’était la décision prise par le comité exécutif», le 30 novembre à Accra, a ajouté le Malgache qui ne disait rien sur la Guinée, à laquelle avait été initialement attribuée la CAN-2023. La CAF a par ailleurs annoncé le 30 novembre qu’elle dévoilerait «d’ici le 31 décembre» le nom du pays qui organiserait la CAN-2019 à la place du Cameroun. Le Maroc et l’Afrique du Sud sont les plus cités.