COP25

COP25 À MADRID : Des milliers de manifestants réclament «des actions urgentes» pour le climat

Des milliers de personnes ont manifesté, hier, dans les rues de Madrid où se tient la réunion internationale annuelle sur le climat de l’ONU (COP25) afin de pousser les pays signataires de l’Accord de Paris à agir d’une manière effective et responsable contre le réchauffement climatique.

Placée sous le mot d’ordre « le monde s’est réveillé face à l’urgence climatique », la marche madrilène pour le climat a débuté, vers 18H00 (17H00 GMT) devant la gare d’Atocha , et bien avant cette heure, les citoyens soucieux de l’avenir de la terre, avaient indiqué aux médias locaux que la marche verra «la participation de centaines de milliers de personnes dans la rue réclamant des actions urgentes» et que l’année qui s’achève, «a été sans aucun doute l’année du réveil climatique» a indiqué à la presse,  Pablo Chamorro, porte-parole de la manifestation, à la presse. Quelque 200 signataires de l’Accord de Paris sur le climat, qui vise à limiter le réchauffement de la planète à +2 °C, voire +1,5 °C, sont réunis depuis lundi dernier, pour deux semaines, à Madrid, pressés de toutes parts pour fixer des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, objectifs qui seront difficiles à atteindre, pour bon nombre de citoyens à travers le monde, soucieux de l’avenir de la planète, si les pays riches persistent dans leur manque de volonté pour la prise de mesures concrètes, dans les plus brefs délais. Avant le début des travaux de la (COP25), de nombreuses associations, défendant le climat, avaient appelé les congressistes à prendre « des mesures claires et ne plus se contenter de beaux discours ». «Nous retournons dans la rue (…) pour demander des mesures réelles et ambitieuses aux responsables politiques du monde entier réunis à la COP25 et pour qu’ils reconnaissent que «l’ambition insuffisante de leurs accords va mener la planète à un scénario désastreux de réchauffement climatique». « Si nous attirons l’attention, plus de gens s’impliqueront. Et au final, les politiciens devront faire quelque chose », a indiqué Paula Rubio, militante madrilène de 23 ans occupée depuis deux semaines à construire une immense baleine en bois de sept mètres pour le cortège». Une autre marche a été organisée simultanément, hier, à Santiago du Chili où devait initialement se tenir la réunion annuelle sur le climat de l’ONU (COP25) avant que le pays ne renonce à l’accueillir en raison d’un mouvement social sans précédent et qu’il ne soit remplacé par l’Espagne.
Le commissaire aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, Noureddine Yassaâ prend part à Madrid aux travaux de la 25e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP25) aux côtés de la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Mme Fatima-Zohra Zerouati. Les représentants de près de 200 pays signataires de l’accord de Paris sur le climat, dont une quarantaine de chefs d’État, débattront encore une fois des programmes d’appui et de renforcement de l’action mondiale pour protéger la terre, à travers les initiatives opérationnelles pour réduire les émissions et renforcer les capacités d’adaptation avec le climat.
L’engagement dans la lutte contre le changement climatique a été réitéré par l’Algérie lors des différents sommets mondiaux sur le climat, tout en poursuivant les efforts visant à consolider son rôle dans ce domaine à travers de multiples initiatives. La participation de l’Algérie à la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP25), ouverte le 2 décembre à Madrid et ce jusqu’au 13 décembre, est une nouvelle occasion pour exposer ses démarches et efforts engagés face aux changements climatiques et leurs répercussions négatives. Cette participation intervient à quelques mois de l’adoption du Plan national climat (PNC) pour la période 2020-2030, qui se veut un outil pratique pour appliquer la politique nationale de lutte contre les effets négatifs des changements climatiques sur plusieurs domaines vitaux qui se manifestent, souvent, par des variations climatiques brusques, la diminution du niveau de la production agricole, la baisse du niveau de l’eau et la dégradation de sa qualité, la hausse de la demande sur l’énergie et le déclin de la biodiversité, outre une hausse des températures et des incendies de forêts aux graves conséquences sur la santé, voire la vie des citoyens.
R. N./Agences