Convoqué en urgence par la direction politique du FLN après avoir mis fin aux fonctions du SG de l’APN : Said Bouhadja sur une corde raide

Le refus du président de l’APN, Saïd Bouhadja, d’annuler sa décision de démettre le SG de l’Assemblée de ses fonctions et la violente charge qu’il a essuyée et émanant de la direction de son parti augure un début de crise au FLN. Un premier avertissement contre Bouhadja est tombé, hier : la direction du FLN, dont sont affiliés le président et le SG de l’APN, a convoqué en urgence une réunion de son groupe parlementaire, en présence, en plus des députés FLN, du SG Djamel Ould Abbès, et les membres du bureau politique. Une réunion qui devrait examiner ces nouveaux rebondissements au sein du parti majoritaire : Bouhadja est accusé de «franchir les lignes rouges» en refusant de se conformer aux instructions du président Bouteflika de remettre le SG de l’APN, Bachir Slimani, dans ses fonctions. Après des rumeurs sur un retrait de confiance à Bouhadja dans la matinée d’hier, Ould Abbès a préféré attendre encore, mais il a annoncé « l’installation d’une commission à l’APN pour suivre la situation ». Pour ce faire, Ould Abbès a décidé de maintenir le travail de suivi jusqu’à l’après élections présidentielles 2019, en précisant : «pas de place, ni au parti, ni au sein des institutions de l’État, pour celui qui ne reconnait pas les décisions du Président» devant les applaudissements des députés venus en force à cette réunion. Sur la commission de suivi installée hier, Ould Abbès a souligné qu’elle est chargée de «signaler toute erreur émanant de chaque responsable qui se révèle coupable de sortir des instructions du Président». Le chef de groupe parlementaire du FLN à l’APN, Mouaad Bouchareb, pour sa part, a souligné que «les instructions de Président sont indiscutables et celui qui ne les applique pas n’est point des notres. Le Président Bouteflika est une ligne rouge. Nous nous dressons aux côtés du Président». Bouchareb a nié que la réunion d’hier soit dirigée contre «la personne de Bouhadja», mais «il s’agit du président de l’APN qui doit se conformer aux instructions du Président».
H. M.