CONFINEMENT

CONFINEMENT PARTIEL DURANT LES DEUX JOURS DE L’AÏD : Les Algériens restent prudents

Alors que le Comité scientifique de suivi de l’évolution du Coronavirus en Algérie fait une recommandation de confinement total pour les deux journées de l’Aïd, le Gouvernement sur orientation du président de la République a opté pour une mesure partielle fixée de 13h00 à 07h00. L’Aïd El Fitr, fête religieuse par excellence marquant la fin du mois sacré de Ramadhan, sera célébrée, cette année dans une ambiance de confinement et de prudence. Les cérémonies religieuses et festives qui marquent cette occasion séculaire ne sont plus permises pour cette année. Cela à cause de la pandémie du Covid-19 qui menace la santé nationale.  Cela notamment lors de ces journées de l’Aïd, connues par les contacts physiques et humains entre citoyens, et les visites familiales dans tous les foyers algériens. Afin d’éviter une catastrophe sanitaire, et une propagation disproportionnée de ce virus lors de ces journées de fête, le Gouvernement a décidé d’un confinement de 13h à 07h00 du matin, sur tout le territoire national. Les réactions citoyennes ne se sont pas faites attendre. Conscients des dangers qu’un relâchement dans les mesures de sécurité pourrait provoquer, un grand nombre d’internautes a salué les mesures décidées. « Je trouve que ces mesures sont vraiment nécessaires pour limiter la propagation du covid-19 dans le pays. Les citoyens doivent s’y soumettre et appliquer les directives à la lettre. Il s’agit de notre santé à tous, et nous devons s’y appliquer si nous voulons réellement dépasser cette période avec un minimum de dégâts », dit Ryad, un jeune algérois, père de famille. « Les algériens ne doivent pas baisser garde face à ce virus. On doit plus que jamais rester prudents et éviter sa propagation. Cela notamment lors de ces deux  journées de l’Aïd, où le contact humain est très présent partout en Algérie. Cette année, on doit vraiment se passer de ces pratiques qui peuvent nous couter cher, à nous, à nos parents, à notre entourage. Donc les algériens doivent rester très prudents, et éviter ces rituels qui sont très loin d’être vitaux. Ainsi, on aura beaucoup d’autres occasions et d’Aïds à fêter ensemble à l’avenir inchallah », estime pour sa part Rabah, un quinquagénaire habitant la wilaya d’Oran. « Franchement, on s’attendait à pire qu’un confinement partiel. On s’attendait à un confinement de 24h sur 24h pour ces deux journées, d’autant plus qu’en temps normal déjà, beaucoup de monde ne sort pas en ces deux journées. Je pense que c’est une chose qui est à la portée de tout le monde, et qui pourra vraiment être salutaire. Mais les mesures prises par l’État sont quand même bien. Les citoyens doivent vraiment éviter de sortir, et éviter surtout les rituels de l’Aïd, comme les embrassades, ou encore les prières collectives », déclare Karima, une jeune mère de famille, habitant à Blida. Les réactions citoyennes à cette mesure de précaution et de prévention contre le covid-19 sont positives. Les Algériens, conscients des dangers d’une forte propagation du virus dans le pays restent prudents, en espérant que le cauchemar passe vite, et retrouver enfin un rythme de vie ordinaire.
Arezki Ibersiene