15.9 C
Alger
2 mars 2024
lecourrier-dalgerie.com
MONDE

Chevènement, ancien ministre de la Défense français : «nous avons détruit la Libye»

L’ancien ministre de la Défense et de l’Intérieur rend responsable la France de Sarkozy du désordre en Libye et des conséquences sur l’immigration en Europe.

Jean-Pierre Chevènement porte un regard très critique sur l’intervention de la France en Libye. Sur Europe 1, ce mercredi, il a une lecture sévère de cette opération menée notamment par la France en 2011. Pour lui, «nous avons détruit la Libye», assure-t-il.
Interrogé sur la question de l’immigration, il fait un lien avec le désordre au sud de la Méditerranée. «On ne peut pas sortir du problème de l’immigration sans résoudre les problèmes de sécurité et de développement», lâche-t-il, prenant en exemple la Libye. «La Libye de Mouammar Kadhafi avait beaucoup de défauts mais elle exerçait un contrôle sur ses frontières», défend l’ancien ministre de la Défense et de l’Intérieur, critiquant frontalement le choix de l’opération militaire «sous l’impulsion de monsieur Sarkozy, peut-être de Bernard-Henri Lévy».
«Nous avons violé la résolution des Nations unies, qui nous donnait le droit de protéger les populations de Benghazi, on est allés jusqu’au changement de régime.» Jean-Pierre Chevènement poursuit sa diatribe contre la politique avec un second exemple: l’Irak.
«L’ingérence est à la mode depuis très longtemps», regrette-t-il. «On vient se plaindre du sort des chrétiens, je les connais, je suis allé les voir en 1990, je savais ce qui se jouait», rappelle l’ancien ministre de la Défense qui a démissionné du gouvernement Rocard en 1991 à la suite de l’engagement de l’armée française dans la guerre en Irak.
«On a préféré la guerre à la paix, qui était possible…», déplore le sénateur. «On pouvait obtenir le retrait de Saddam Hussein du Koweït, et il valait mieux avoir une dictature laïque sur laquelle nous pouvions avoir une magistrature d’influence que de livrer le pays au chaos», analyse l’ancien ministre. «Beau résultat, de la politique d’ingérence», ironise-t-il à la vue de la situation actuelle.

Related posts

Disparition de Khashoggi : Trump menace Ryad, délégation saoudienne à Istanbul

courrier

Dans un climat d’incertitude totale : Les Nigérians appelés à choisir leur président

courrier

Espagne : L’ex-président Catalan Artur Mas jugé à Barcelone

courrier

Syrie : Les forces anti-EI prévoient de nouvelles évacuations du réduit jihadiste

courrier

RÉCONCILIATION FRANCO-MAROCAINE : Un deal douteux signé à Tel-Aviv

Redaction

MALI : Le président et le Premier ministre ont démissionné

courrier

2 commentaires

AN 9 août 2014 at 1 h 21 min

Bien que tardive c’est une analyse objective, franche et honnête dans toute sa limpidité dépourvue de toute autre considération .Malheureusement dans tout gouvernement c’est toujours la majorité qui l’emporte. Ainsi est fait le monde, on ne peut pas le changer.
La conscience humaine et la politique c’est deux choses différentes. Certains veulent garder leur suprématie et d’autres veulent s’accrocher ou arriver : ce sont deux réactions naturelles, de l’espèce humaine.

Mes respects, Monsieur le Ministre.

Répondre
AN 11 août 2014 at 23 h 28 min

Lire:

– …….. dans sa limpidite’ …….

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.