bengherbit

Carences soulevées dans l’éducation à la rentrée 2018/2019 : Benghebrit explique tout à la commission de l’APN

Nouria Benghebrit, ministre de l’Éducation nationale, a présenté, hier, les nouveautés de l’année scolaire 2018-2019 devant la commission de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à l’APN.

Benghebrit a axé son intervention sur trois axes: poursuivre les efforts en pédagogie pour se conformer aux standards internationaux, le maintien de la dynamique actuelle de réforme de l’école et professionnaliser et moderniser les pratiques de formation et de gestion.
Pour renforcer les efforts visant à réaliser une école des excellences, qui est, à notre sens, une construction commune et un choix institutionnel participatif. Les mesures prises dans ce sens se résument dans le cadre de la politique éducative améliorée, dont le premier centre d’intérêt est l’école primaire pour assurer une justice et donner davantage d’égalité de chances pour tous les enfants afin d’arriver à une éducation de qualité, adaptée, efficace, généralisée et très imprégnée de son algérianisation », a expliqué Benghebrit. Elle a rappelé les principaux changements concrets mis en place avec cette rentrée scolaire : munir le secteur de cadres et corps enseignant conséquents, renforcer la formation des métiers d’enseignement, la généralisation de tamazight, ainsi que de meilleures prestations en termes de restauration, transport et livres scolaires. Côté effectifs, les écoles connaissent encore une poussée démographique et les classes seront chargées. Ainsi, neuf millions et 300 000 élèves sont scolarisés cette année, dont la moitié dans les paliers du primaire, an niveau des 27 000 institutions éducatives à travers le pays. Depuis 2000, un million et 300 000 nouveaux élèves sont enregistrés. Côté enseignants, ils devraient également augmenter à 750 000 fonctionnaires (70 % du nombre total de personnel éducatif), sans prendre en considération les agents dépendants aux Collectivités locales et des unités de suivi sanitaire. Parmi les nouveautés : l’élaboration d’un plan national de lutte contre le phénomène de déperdition scolaire, en associant le Centre national d’enseignement à distance, l’Observatoire national d’Éducation et de formation et l’Association nationale d’alphabétisation afin de juguler ce phénomène. Aussi, la généralisation de tamazight à 44 wilayas (contre 11 wilayas en 2014). Benghebrit a renouvelé son engagement à « renforcer la politique d’État dans l’amélioration du service public à travers la facilitation des démarches administratives. Et aussi, d’organiser des rencontres périodiques avec les directeurs d’écoles pour assurer un climat serein et trouver un dénouement aux problèmes qui menacent le bon déroulement de l’année scolaire ».
Enfin, la ministre a souligné que 94 % des cantines scolaires sont fonctionnelles depuis le 23 septembre, dont la majorité servant des repas chauds, grâce aux 76 milliards de DA alloués cette année par le ministère de l’Intérieur et consacrés, entre autres, au chauffage et climatisation dans les classes et aussi au transport scolaire. 45 000 nouveaux postes budgétaires ont été ouverts cette année dans ce sens. Pour le livre scolaire, le département de Benghebrit a ouvert les ventes avant les vacances d’été pour éviter toute mauvaise surprise avec la rentrée, comme cela s’est passé l’année dernière.
Hamid Mecheri