Saidi

CAMPAGNE RÉFÉRENDAIRE : Les partis politiques optent pour le travail de proximité

Alors que la campagne électorale débutera officiellement aujourd’hui pour une durée de 22 jours et sera notamment marquée par des actions de sensibilisation sur l’importance de cette consultation populaire, prévue le 1er novembre, les partis politiques que nous avons contactés se préparent pour l’animer à travers des meetings qui seront organisés les deux jours du week-end. Selon eux le contact direct avec le citoyen est le meilleur moyen pour le convaincre de sa position, tout en respectant bien sur les mesures barrières contre la propagation du Coronavirus. Selon Abderrahmane Saïdi cadre dirigeant du MSP qui a appelé le peuple à voter « non » sur la nouvelle Constitution, son parti a déposé son programme de compagne au niveau de l’autorité de Charfi, qui selon lui « fait bien son travail », et concrétise la « démocratie » en donnant la chance et le droit à tous les partis politiques et autres à s’exprimer librement lors de cette campagne. Indiquant par ailleurs que son parti va participer en force dans cette campagne en animant des meetings et en passant dans des émissions télévisées. Pour Belkacem Sahli le SG de l’ANR, qui a appelé les citoyens à voter par « oui » le 1er novembre, ce dernier a indiqué sa formation politique déposera aujourd’hui son programme auprès de l’ANIE, ajoutant que sa campagne débutera selon le programme samedi prochain par un meeting à Alger après avoir réuni les directeurs de sa campagne , pour leur donner les instructions nécessaires. Dans son programme, c’est prévu une sortie vers l’ouest et le Sud le weekend prochain, et le dernier sera consacré pour l’est et le sud du pays. Rappelant le dernier arrêté de l’ANIE qui a autorisé l’ensemble des partis pour animer des meetings, Sahli a soulevé le problème des partages télévisés qui sont consacrés uniquement pour les partis qui ont des groupes parlementaires. Or notre interlocuteur affirme que son parti s’intéresse plus au contact avec le citoyen afin lui expliquer la raison d’aller voter par « oui », et « les réserves du parti et les mesures d’accompagnement d’après le vote sur la constitution » conclut-il. De son côté, et parmi les partis qui ont appelé à une large participation lors de ce rendez-vous, nous citons le parti d’Abdelaziz Belaid du Front el Moustakbal, Contacté hier à ce propos, son chargé de communication Raouf Mamri, nous a indiqués que dès ce week-end le président de cette formation politique se déplacera à Laghouat pour animer un meeting, pour passer après au régions du Sud et l’Est du pays pendant les jours de la fin de semaine qui suivent. Pour rappel, afin d’animer la campagne référendaire, les partis politiques et les associations nationales doivent présenter à l’ANIE une demande étayée de documents justificatifs et d’un résumé des axes d’intervention, et ce, dans un délai de 5 jours au moins avant le lancement de la campagne. L’ANIE procédera en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audio-visuel (ARAV) à la définition du temps de parole réservé aux intervenants dans les médias audiovisuels publics. La campagne référendaire peut-être menée, aussi, par voie d’affichage, de distribution de dépliants, de correspondances et de tous les moyens écrits ou électroniques. Les espaces réservés à la publicité sont définis par arrêté du coordinateur du délégué de wilaya de l’ANIE, tandis qu’à l’étranger l’affichage se fait aux sièges des représentations diplomatiques et consulaires.

Dr. Bekkat appelle au respect du protocole sanitaire
Par ailleurs, le comité scientifique de suivi de la pandémie du Coronavirus COVID-19, a insisté sur le respect total du protocole sanitaire et des mesures barrières lors de cette campagne électorale. « Il y a un protocole sanitaire qui a été mis au niveau de l’ANIE, et qui doit être appliqué et respecté » a indiqué le Dr Mohamed Bekkat Berkani membre du comité scientifique. Contacté hier par nos soins, Bekkat nous a indiqués que «les mesures barrières doivent être respectées par tous les acteurs impliqués dans cette campagne électorale, à l’instar de la distanciation sociale, le port du masque, dans le meeting et les rassemblements » précise-t-il en ajoutant « il faut que l’État soit inconciliable », «il n’est pas question d’admettre de la promiscuité dans ce genre de réunions, même si c’est des campagnes électorales ». « Il faut absolument respecter le protocole sanitaire qui a été admis par le comité scientifique et connu par les organisateurs dés qu’ils sont autorisés à faire campagne électorale » conclut le docteur.
Sarah Oubraham