Belhimer

BELHIMER SUR LA LEVÉE OU PAS DU CONFINEMENT : « Le comité scientifique, seul habilité à donner le feu vert »

C’est la question qui taraude les esprits chez les Algériens depuis la reconduite du dispositif de confinement pour une période supplémentaire de 15 jours. Ira-t-on « enfin » vers le déconfinement ? Si les avis divergent d’un citoyen à un autre sur cette question (voir article en haut de la page 5), la décision finale revient aux autorités du pays. S’exprimant, hier, à ce sujet, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement lève une partie du doute, du moins pour la démarche à prendre avant de faire.
Selon les explications de Amar Belhimer, avant de prendre une décision dans ce sens, le gouvernement consultera d’abord le comité scientifique de suivi de l’évolution de la situation de la pandémie du coronavirus, dont il est membre. Autrement dit, ledit comité « est seul habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement sanitaire », a indiqué le ministre au quotidien arabophone « El Khabar », auquel il a accordé un entretien. En effet, il serait bon de rappeler qu’aux premiers jours de l’apparition du Covid-19 en Algérie, la décision de confier la gestion de la crise sanitaire aux scientifiques a été unanimement saluée dans le pays. Et pour cause, qui sait mieux qu’un professionnel de la santé en effet pour apporter des réponses, conséquemment aux décisions de l’État, à une épidémie d’essence même sanitaire.
Et quelle que soit la décision à prendre à présent, c’est-à-dire déclarer un déconfinement ou pas, le ministre Belhimer rappelle à chacun la nécessité de rester de garde pour le citoyen tant la situation de la pandémie n’a pas encore commandé ce qui doit être décidé. En termes clairs, le déconfinement dépendra « du respect par les citoyens des mesures de confinement et du respect des mesures préventives, dont le port du masque de protection, devenu obligatoire depuis le premier jour de l’Aïd El-Fitr, en application de la décision du Conseil des ministres tenu le 20 mai dernier », rappelle le porte-parole du gouvernement. En se référant aux décisions de l’État telles que prises par le président de la République et les dispositions de loi opposées à toute violation des mesures de confinement, Belhimer a souligné que « les contrevenants encourent des peines sévères », comme pour dissuader toute tentative de transgression de la loi.
Par ailleurs, le ministre de la Communication défend le dispositif de réponse donné par le gouvernement pour parer à la propagation du coronavirus. Il en veut pour preuve, les montants consentis pour l’acquisition de moyens de protection sanitaires par les hautes autorités civiles et militaires, dont la présidence de la République et l’Armée nationale populaire. Au plus bas niveau de la décision, il cite également la mise à disposition des citoyens au niveau des pharmacies et autres lieux de vente des masques et bavettes de protection contre le Covid-19. Quoique sur cette question précise les spéculateurs semblent échapper au contrôle des pouvoirs publics, décidant de faire la loi sur les prix.
F. Guellil