greve

Après un long bras de fer avec la tutelle, le Cnapeste met fin à sa grève : Reprise des cours aujourd’hui

Le Conseil national du CNAPESTE a du s’adonner à une séance remue-méninges, peser le pour et le contre de son action, pour décider enfin d’observer une trêve. Les signes d’apaisement entre les deux parties sont là.

Tard dans la soirée de mardi, l’instance dirigeante de ce syndicat a décidé d’arrêter son mouvement de grève, entamé depuis un mois au niveau national et 3 mois au niveau des wilayas de Blida et de Béjaïa. À la faveur de cette décision, les cours devront reprendre aujourd’hui, selon le porte-parole du CNAPESTE, Messaoud Boudiba. Le mouvement de contestation du CNAPESTE qui a fait couler beaucoup d’encre a enfin atteint son épilogue. Que ce soit du côté du ministère de l’Éducation, des parents, et des élèves, il est certain que le «ouf» de soulagement a bien été exprimé. Messaoud Boudiba, porte-parole du syndicat a bien confirmé que la décision a été prise à l’issue de la session extraordinaire tenue lundi et mardi derniers à Alger et à Boumerdès. Selon le syndicaliste, bien que le mouvement de grève ait été arrêté, la session du conseil national du CNAPESTE reste ouverte. Boudiba a laissé entendre que la balle est désormais dans le camp des autorités qui sont attendues à honorer leurs engagements et prendre sérieusement en charge les revendications des enseignants. « Les responsables sont appelés maintenant à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter l’année blanche », a-t-il dit à ce propos. S’agissant de la radiation des enseignants grévistes, Boudiba persiste à dire que ces mesures sont illégales faisant état de 12 000 enseignants radiés au niveau de 25 wilayas. D’après lui, le dépôt de recours pour leur réintégration est une procédure «inacceptable» et tous les enseignants grévistes retourneront dès aujourd’hui à leur poste le plus normalement du monde. Pour ce qui est du rattrapage des cours et des retards dus au mouvement de grève, il a reconnu que ça ne sera pas «chose facile». Il convient de rappeler que plusieurs établissements scolaires sont entrés en grève depuis le 30 janvier en réponse à l’appel du CNAPESTE, alors qu’une grève illimitée a été entamée depuis le mois de novembre dans les wilayas de Blida et Béjaïa. Les rencontres avec la tutelle, ainsi que plusieurs tentatives de médiations n’avaient pas réussi à dissuader le CNAPESTE de lâcher prise. Le syndicat réclame l’application du procès-verbal du 19 mars 2015 et la concrétisation des procès-verbaux des wilayas de Blida et Béjaïa outre l’annulation des mesures de ponction arbitraire et abusive des jours de grève. À rappeler, également, que la contestation avait atteint les élèves de certains lycées à Alger et d’autres wilayas du pays. Ces derniers avaient observé des sit-in devant leurs établissements pour demander au ministère de l’Éducation nationale de revenir sur la décision de révocation des enseignants grévistes. La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit avait affirmé, de son côté, que les enseignants radiés pouvaient faire un recours auprès des directions de l’éducation pour leur réintégration, et ce dans le cadre d’une commission paritaire. La première responsable du secteur de l’Éducation, avait, également, rassuré, en fin de semaine dernière, les élèves et leurs parents que toutes les mesures avaient été prises pour garantir leur droit constitutionnel à l’enseignement, en ayant à cœur le principe d’équité et d’égalité des chances. Benghebrit avait appelé les élèves à travailler et à faire preuve d’assiduité, réitérant l’attachement de son département à garantir l’encadrement nécessaire en tenant compte de la complexité de la situation qui leur a été imposée.
Ania Nait Chalal

Soulagement chez les parents d’élèves
La décision du Cnapeste relative à la suspension de la grève illimitée déclenchée il y’a trois mois a été bien accueillie par les parents et les élèves, du moins dans la wilaya de Boumerdès. Ainsi les élèves vont enfin regagner les bancs de l’école et les cours vont reprendre dès aujourd’hui, a-t-on appris des responsables de ce syndicat. Cette décision annoncée tard dans la nuit de mardi a été prise par les membres du Conseil national du CNAPESTE, à l’issue d’une réunion marathon qui a duré toute la journée et la nuit d’avant-hier au niveau du lycée Frantz Fanon, à Boumerdès, après avoir débuté ses travaux à Alger. Plus de 150 syndicalistes issus de plusieurs wilayas du pays étaient présents au conseil extraordinaire du Cnapeste. Après plusieurs heures de débats houleux entre les membres du conseil, où tous les problèmes en lien avec leurs revendications ont été abordés dans le détail. Les intervenants à cette réunion ont surtout mis en mis en avant les revendications portant sur le logement, la médecine de travail, la prime de zone et la retraite anticipée, avant d’aboutir donc à la décision de suspendre la grève, ainsi prononcée au grand bonheur des parents et des élèves surtout pris dans les entrailles du bras de fer opposant ce syndicat au ministère de l’Éducation. En effet, la décision a été accueillie avec un grand ouf de soulagement. La suspension de la grève a été considérée comme sage laquelle est décidée à point nommé pour éviter une année blanche tant redoutée vu l’élan pris par ce mouvement. Selon le coordinateur du CNAPESTE à Boumerdès, Moula Si-Youcef, les débats se sont déroulés «dans la sérénité et dans un climat de démocratie» où les participants ont exprimé «avec un esprit responsable» les motivations de la grève et les revendications lesquelles visent «l’amélioration du secteur éducatif et les conditions socioprofessionnelles des enseignants». Et d’ajouter que «la session du conseil national reste ouverte et nous attendons l’ouverture du dialogue par la ministre de l’Éducation», a-t-il précisé.
B. Khider