EN ALgérie

Après la victoire du Togo en Gambie : La qualification à la CAN loin d’être acquise pour l’Algérie

Le nouvel entraîneur national, Djamel Belmadi, sur lequel beaucoup d’espoirs sont placés pour redonner à la sélection son lustre d’antan, a échoué dans son nouveau pari, à savoir sceller prématurément la qualification des Vert à la prochaine CAN.
Ce fut du reste le mot d’ordre lancé dans le camp du ‘’Club Algérie’’ et même à la FAF, où tout le monde ne jurait que par la validation de la qualification à Cotonou, une qualification prématurée qui allait permettre au staff technique national de préparer à l’aise la prochaine CAN prévue en juin 2019 au Cameroun. Mais voilà que le Togo, troisième du groupe B, vient chambouler tous les plans des Algériens. Les Togolais se sont tout simplement relancés dans la course à l’une des deux premières places qualificatives pour le rendez-vous continental, et ce, grâce à leur victoire ramenée de Gambie (1-0), pratiquement écartée de la course à cause de ce revers à domicile. Et quand on sait que les Togolais, qui accusent un retard de deux unités sur les co-leader du groupe D, à savoir l’Algérie et le Bénin, vont accueillir les Fennecs chez eux, lors de la sixième et dernière journée des éliminatoires, on suppose qu’ils sont plus que jamais motivés pour arracher leur billet pour la CAN. Voilà qui rend la mission des protégés de Belmadi des plus difficiles, eux qui seront contraints de disposer des Gambiens au cours de la prochaine journée, dans un match qui aura lieu à Blida, tout en priant pour que les Béninois et les Togolais se quittent sur un nul pour le compte de l’autre rencontre du groupe D comptant pour la cinquième journée. Le fait que les coéquipiers de Brahimi ne parviennent plus à l’emporter en Afrique subsaharienne conforte les appréhensions de leurs supporters. Ces derniers craignent en effet que le dernier match du groupe contre le Togo soit décisif pour la qualification. Dans ce cas précis, les Verts joueront gros et risquent de laisser des plumes, surtout que les locaux vont certainement user de tous les moyens pour être présents en terres camerounaises.
En tout cas, les camarades de M’bolhi ont bien vérifié à leurs dépens les conditions difficiles dans lesquelles ils évoluent à chaque fois quand il est question d’évoluer en Afrique noire lors de leur précédente sortie à Cotonou. Même le coach national a reconnu que ses poulains étaient déstabilisés par tout ce qu’ils ont vécu avant et pendant le match contre les Ecureuils.
Hakim S.