Adrar : pour une meilleure relance touristique

Le présent Plan d’Action est le résultat d’un travail de réflexion et d’analyse, nourri par une concertation régulière. Décliné sur cinq ans (2012–2016), il marque une nouvelle étape dans la consolidation de la vocation touristique de la wilaya d’Adrar et le développement de son économie touristique, qui reste encore bien en deçà de son potentiel.
Cet exercice stratégique permet aux acteurs publics et privés d’inscrire désormais leurs actions dans un cadre de cohérence, de complémentarité et d’efficacité et de partenariat renforcé. C’est pourquoi le Plan d’Action présenté ci-après est plus qu’un arsenal d’outils techniques et un catalogue de propositions d’action. Il se veut l’expression d’une ambition et le support d’un grand projet touristique pour la wilaya d’Adrar.

La philosophie du Plan d’Action
Le Plan d’Action, qui met en visibilité les priorités d’action, les moyens et les temporalités sur les cinq prochaines années, est la traduction d’une conviction largement partagée, conviction selon laquelle le développement touristique ne peut plus se satisfaire de simples améliorations face à des défis aussi importants que la dégradation des sites naturels, la pression sur le foncier ou encore les déséquilibres territoriaux. Dans un tel contexte, le développement touristique doit être repensé, pour non seulement faire mieux en matière de professionnalisation, de démarche qualité, de développement et de modernisation des structures d’accueil, mais aussi faire autrement, en mettant plus en avant les principes de la durabilité et de la compétitivité, pour faire émerger une économie touristique performante car la wilaya ne peut plus se satisfaire d’un tourisme de « cueillette », ni compter sur sa seule force d’attraction naturelle. Le renouvellement du modèle de développement touristique (évolution vers un tourisme de conquête) exige de la volonté politique de la part des acteurs institutionnels, de la confiance tous secteurs confondus . Le rôle de la wilaya n’est pas tant d’imposer une politique directive, que d’impulser un développement touristique auto-entretenu, en laissant aux acteurs locaux le soin de s’inscrire volontairement dans la démarche arrêtée et d’instaurer une communauté d’intérêts partagés.
Le développement touristique est, avant tout, une démarche de projets venant en appui au développement local. En instaurant une dynamique de projet, le développement touristique tend à faire des acteurs locaux (institutionnels et privés) le moteur de leur propre développement. Selon Limani Mustapha,le wali , le patrimoine est un atout majeur pour le développement touristique de la wilaya. Sa préservation et sa valorisation sont au coeur de tout développement touristique durable. Pour la wilaya d’Adrar, en particulier, le patrimoine et l’environnement naturel représentent une richesse, dont la préservation est une condition essentielle de son développement touristique futur et un puissant facteur d’attractivité.

Les objectifs
La mise en perspective du développement touristique de la wilaya, à partir du diagnostic et la concertation avec les responsables locaux a conduit d’une part, à privilégier un choix stratégique de développement plus exigeant en termes d’offre de produits de niche pour se faire reconnaître sur les marchés-ciblés, sachant que la wilaya d’Adrar, tout comme les autres régions sahariennes, n’a pas vocation à développer un tourisme à grande échelle. Les objectifs quantitatifs et qualitatifs du plan d’Action se déclinent comme suit :
L’objectif quantitatif à l’horizon 2016, consiste en un accroissement de la fréquentation (augmentation du nombre de touristes), qui doit servir le développement local, à travers une distribution spetialement équilibrée des flux touristiques, des retombées substantielles sur l’économie locale (création de la valeur ajoutée et d’emploi) et la valorisation touristique du patrimoine.
Prévisions d’arrivées
Hôtellerie marchande : 44 000 arrivées. – Locations et camping : 20 000 arrivées. Arrivées touristiques des étrangers par type d’hébergement: 8 000 arrivées. – Hôtellerie marchande : 5 000 arrivées. – Locations et camping : 3 000 arrivées. Arrivées touristiques par marchés: 72 000 arrivées. – Nationaux : 64 000 arrivées (marchés dominants : Alger, Oran) – étrangers : 8 000 arrivées (France, Italie, Espagne…) Nuitées prévisionnelles dans l’hôtellerie: 152 000 nuitées.
- Nationaux : 132 000 nuitées (durée de séjour : 3 nuitées)
- Etrangers : 20 000 nuitées (durée de séjour : 4 nuitées, hors circuits et randonnées en bivouac).
Chiffres d’affaires prévisionnels: 860 millions de dinars, dont 200 millions en dinars convertibles, générés par la clientèle étrangère.
Croissance de la fréquentation :
(absence de crise importante du tourisme, sécurité, confiance des prescripteurs de voyages, climat concurrentiel favorable). – Cela passe par une véritable stratégie marketing.
la création de nouveaux lits et l’intéressement des opérateurs nationaux et internationaux à la destination: – La mise en marché de produits innovants, pour attirer de nouvelles clientèles, renouveler l’attractivité de la destination et déclencher des séjours.
L’excellence des produits de niche où la wilaya possède de solides atouts : randonnée, biodiversité, culture et patrimoine, religieux et spirituel… – La mobilisation de moyens spécifiques: maîtrise foncière publique, qualité de l’accueil politique d’aménagement, moyens financiers, plans de communication et de formation, accueil des investisseurs.
Cet objectif signifie que la wilaya puisse devenir une référence dans le domaine du tourisme de nature et de découverte (itinérance, activités culturelles, loisirs récréatifs, et pratiques de pleine nature), avec une identité écotouristique clairement affirmée et l’ambition de faire du tourisme local un tourisme intégré, durable et ouvert. Améliorer la contribution du tourisme à l’économie locale, en termes de création d’emploi, de distribution de revenus et de cohésion socioéconomique des territoires qui composent la wilaya (Touat, Gourara, Tidikelt et Tanezrouft). Jeter les bases d’une relance touristique durable, en agissant sur tous les maillons de la chaîne de valeur touristique, en mettant en cohérence la politique des transports avec les objectifs de développement touristique, en optimisant les aides de l’état, en favorisant l’investissement par des outils appropriés, en intensifiant l’effort de formation, en conciliant les interventions publiques et les initiatives privées, en définissant un positionnement original et pérenne de la destination et, enfin, en professionnalisant les fonctions de promotion et de commercialisation.
Impulser un développement touristique respectueux de l’environnement, car il existe aujourd’hui des risques, certes localisés mais bien réels, de dégradation du milieu, qui peut compromettre l’attractivité de certains sites, voire de la destination dans sa globalité. De là apparait la nécessité de privilégier la qualité environnementale dans toute action de développement touristique et l’intérêt d’une démarche de gestion durable des espaces et des activités qui s’y déroulent. Agir sur les actifs touristiques existants, en mettant à niveau les capacités d’intervention des acteurs, en améliorant le rendement des infrastructures touristiques et en développant des équipements complémentaires, notamment en matière d’animation (interprétation et scénarisation du patrimoine dans ses différentes composantes) et de développement des loisirs, pour accroitre la fréquentation et allonger la durée de séjour. Diversifier l’offre touristique, en termes de produits (innovation et différenciation) et de territoires d’accueil (Gourara, Touat, Tidikelt, Tanezrouft), œuvrer au renforcement des complémentarités entre les produits et assurer la montée en qualité, pour rompre avec le caractère «spontané» et peu élaboré de l’offre actuelle. Conquérir également de nouveaux marchés et répondre aux attentes des clientèles, notamment nationale, qui constitue le socle de la commercialisation de la destination. Cette approche par le marché et la segmentation de la clientèle, commande de prendre en ligne de compte des nouveaux comportements de consommation (familles, jeunes et séniors, en particulier). Communiquer et promouvoir autrement la destination, en reconstruisant son image touristique, autour de valeurs et d’arguments patrimoniaux et identitaires différenciés et en s’appuyant sur les traits d’image qui retiennent l’attention, à savoir la culture, le patrimoine, les grands espaces et le climat.
Les trois dimensions du projet touristique de la wilaya
L’objectif de durabilité induit trois défis à relever : développer l’économie du tourisme, préserver et valoriser les richesses naturelles et patrimoniales et favoriser le progrès social.
La dimension économique :
Les entreprises touristiques, opérant sur le territoire de la wilaya, doivent atteindre le seuil de rentabilité de leur activité afin de pouvoir réinvestir le cash-flow dans leur développement et leur modernisation.Il s’agit donc : – D’attirer un nombre plus important de touristes nationaux et étrangers – Développer une offre d’activités concentrée sur des filières qui intéressent les clientèles – D’offrir des hébergements adaptés aux attentes de ces clientèles – D’assurer une qualité de prestation de bon niveau – De disposer d’équipements permettant un fonctionnement, sur une plus longue période
La dimension environnementale :
Elle est envisagée de deux manières : – L’activité touristique doit contribuer à la sauvegarde des écosystèmes fragiles, sans aboutir à une sanctuarisation excessive qui interdirait toute activité humaine. – L’activité touristique doit servir la mise en valeur des ressources naturelles, patrimoniales et la préservation du cadre de vie des habitants, qui constituent les actifs premiers du développement touristique. La prise en compte de cette dimension conduit à privilégier : – La protection des milieux naturels et la préservation de la biodiversité – La valorisation des milieux naturels à des fins pédagogiques écotouristiques – La formation des professionnels du tourisme à la prise en compte des questions environnementales.
La dimension sociale :
Le tourisme doit être un facteur de progrès social, pour les populations d’accueil – La prise en compte par le tourisme des identités et des cultures locales – Le développement touristique futur doit satisfaire à l’exigence d’équité sociale.
Enjeux Afin de mettre en exergue sa portée à la fois stratégique et opérationnelle, le plan d’action 2012-2016 s’articule autour des enjeux suivants: Un enjeu d’attractivité, qui découle d’un constat, celui du déficit de réflexion globale sur l’identité en tant que facteur d’attractivité et de différenciation et composante de la « marque touristique de la destination ». D’où l’importance du repositionnement de l’identité touristique de la wilaya, un repositionnement qui engage son image, son pouvoir de séduction, sa stratégie marketing et sa stratégie de communication. Le patrimoine naturel et culturel est un élément identitaire fort, qu’il convient de préserver, sans pour autant faire de la préservation une fin en soi. C’est l’équilibre entre valorisation touristique et protection des ressources, qui trouve sa traduction opérationnelle dans l’affirmation de la filière écotourisme, qui fonde le Plan d’Action. Un enjeu de compétitivité, au sens où le tourisme doit faire plus (dimension quantitative) et mieux (dimension qualitative) pour sinon se développer, du moins se maintenir. Dans le Plan d’Action, la dimension quantitative trouve sa traduction dans la création de nouvelles activités sur de nouveaux territoires et la dessaisonalité. La dimension qualitative renvoie, quant à elle, à la qualité et la diversité de l’offre, à la modernisation des équipements, au développement d’outils innovants et à l’amélioration de compétences humaines. Autant d’ingrédients de l’excellence touristique, qui occupent une place centrale dans le Plan d’ Action. Un enjeu de solidarité, au sens où aucun développement touristique ne peut prétendre à la durabilité sans rééquilibrage social, sans synergies et complémentarités .entre les territoires. La solidarité valorise l’initiative locale et la proximité. Un enjeu d’efficacité, parce que sans organisation efficace il ne saurait y avoir d’action possible à l’échelle régionale, l’efficacité est une exigence forte du Schéma et une condition de la réussite du Plan d’Action. L’efficacité est d’abord une exigence organisationnelle qui incite à repenser les missions et le mode de fonctionnement des structures de pilotage du Plan d’Action. C’est aussi la culture de l’évaluation des résultats. C’est enfin, le renforcement de l’esprit partenarial. Un enjeu d’accessibilité, qui implique une reconfiguration de l’offre de transport et de mobilité, en toutes saisons. Le développement d’une destination touristique aussi éloignée que la wilaya d’Adrar, est indissociable d’une offre de liaisons aériennes à prix compétitifs. Le Plan d’Action vise à couvrir, dans une perspective à long terme, les besoins de mobilité touristique de la wilaya. Contenu du Plan d’Action Le plan d’action se décline en une série d’actions à initier et d’outils à mettre en place, pour stimuler la production touristique, promouvoir les territoires d’accueil, et dynamiser la commercialisation de la destination. Il s’agit, en d’autres termes, de faire du tourisme un levier de développement de l’économie locale, une opportunité d’amélioration du cadre de vie pour les habitants, par l’amélioration des aménagements et la création de nouveaux équipements et, enfin, une occasion de réhabiliter, de protéger et de valoriser le patrimoine local naturel (palmeraies…), historique (Ksour, Foggara…), culturel. Les pistes d’action identifiées, devront, pour certaines d’entre elles, faire l’objet d’études plus fines, afin d’évaluer précisément les moyens à mobiliser et de décliner les modes opératoires. Il en est de même de l’évaluation financière et des modes de financement des actions proposées. Mise en œuvre Dans un souci d’opérationnalité, le plan d’action est assorti d’un dispositif de suivi, centré sur des indicateurs quantitatifs et qualitatifs de suivi des actions retenues et d’évaluation annuelle de la mise en œuvre de la stratégie adoptée. Quatre défis devront être affrontés simultanément pour redessiner l’avenir touristique de la wilaya d’Adrar : – La problématique de la montée en puissance et en gamme de l’hébergement touristique ; La problématique de la restructuration de l’assise territoriale du développement touristique futur ; La problématique de la rénovation de la production touristique ; La problématique de l’adaptation de la stratégie marketing aux nouveaux enjeux. La mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action nécessite la mise en place d’une structure de projet, capable de planifier, de programmer, de coordonner, d’impulser et de corriger, si nécessaire, les actions retenues. Légère, cette structure peut prendre la forme d’un comité permanent de pilotage des projets et d’animation de la communication avec les différents partenaires. Le comité est présidé par le directeur du tourisme et de l’artisanat et peut, au besoin, solliciter l’appui d’expertises externes. Pour rendre compte régulièrement de la réalisation du Plan d’Action, ce comité pourra organiser une conférence annuelle. SYNTHèSE DES ACTIONS Valoriser la destination Adrar comme espace global d’itinérance et de découverte. Améliorer le cadre environnemental de l’activité touristique. Favoriser le développement solidaire et équilibré des quatre territoires touristiques de la wilaya. Valoriser, en priorité, les sites majeurs de la wilaya, en les dotant de projets structurants. Mettre en valeur touristique le patrimoine et les savoir-faire locaux. Optimiser l’organisation touristique de la wilaya. Amplifier les partenariats et renforcer la coordination des acteurs Assurer un service public touristique de qualité. Créer un « pole-conseil », au service des porteurs de projets. Créer un dispositif d’observation et de veille de l’activité et du développement touristique. Qualifier l’offre touristique de la wilaya. Assurer la montée en puissance et en gamme de l’hébergement touristique. Faire émerger une offre de produits, diversifiée et de qualité Initier une politique de professionnalisation Mieux promouvoir et vendre la destination Adrar Doter la wilaya d’un plan marketing et de communication Renforcer l’action promotionnelle en direction des marchés- ciblés .Mieux vendre l’offre touristique de la wilaya Valoriser la « destination Adrar » comme espace global d’itinérance et de découverte. Améliorer le cadre de l’activité touristique.  La qualité de l’environnement, à laquelle les clientèles sont de plus en plus attachées, est davantage une perspective qu’une réalité. Le cadre environnemental présente aujourd’hui de nombreuses défaillances (déchets solides, eaux usées…), qui pèsent sur le choix de la destination et qui constituent autant de freins à son décollage. Au moment où la wilaya fait le pari de la durabilité, pour développer son tourisme, se pose, à court et moyen terme, la question de l’amélioration du cadre environnemental, pour accompagner la relance, et à plus long terme, celle de la nécessaire conciliation entre intérêts environnementaux et impératifs commerciaux , pour garantir la durabilité du développent touristique ambitionné et faire de l’environnement, non pas un frein à la destination mais un facteur d’attractivité, une image de marque et un argument de vente de ses produits. Objectif de l’action Conforter l’orientation vers un développement touristique durable, en agissant sur les principaux points faibles qui caractérisent le mode actuel de gestion environnementale et en s’inscrivant résolument dans une perspective de gestion préventive des ressources, en rupture avec la gestion antérieure, basée sur le suivi passif des impacts environnementaux. Contenu et mise en Œuvre de l’action Élaborer et mettre en place une charte définissant les principes et les conduites devant garantir l’harmonie entre le tourisme et l’environnement, en tenant compte des problématiques environnementales propres à la wilaya d’Adrar. Oeuvrer avec les secteurs concernés à la création d’aires protégées, pour préserver les écosystèmes fragiles et les ressources environnementales menacées, sans écarter l’idée d’une mise en tourisme écoresponsable, c’est-à-dire tenant compte des seuils d’acceptabilité de chaque site de visite. ◤ Mettre en œuvre un partenariat renforcé avec les collectivités locales, pour améliorer la gestion des déchets solides (dépollution du milieu, propreté des lieux…). Cette action doit être soutenue par un plan de communication offensif en direction des professionnels et du grand public (habitants et touristes). élaboration et diffusion d’un référentiel de bonnes pratiques environnementales, destiné aux professionnels du tourisme de la wilaya. Œuvrer, de concert avec les secteurs concernés, au lancement d’un programme volontariste de réhabilitation des stations de traitement des eaux usées existantes et de réalisation de nouvelles stations. La priorité doit être accordée aux collectivités urbaines et/ou touristiques d’Adrar et de Timimoun. Encadrer les investisseurs, pour une prise en compte effective de la dimension environnementale dans la formulation de leurs projets de développement touristique. Un bonus écologique (crédits d’impôt et de subventions …) pourrait récompenser les investissements vertueux (accès privilégié au foncier, achat d’équipements propres, écoconstructions…). Créer une véritable valeur ajoutée environnementale, susceptible d’enrichir la production touristique locale et de positiver l’image de la destination, en montrant combien sa biodiversité, son patrimoine naturel et les pratiques traditionnelles qui s’y greffent sont commercialement porteurs. ◤Œuvrer, de concert avec les secteurs concernés à la mise en œuvre d’un programme à moyen et long terme de régénération des Oasis, en tant qu’élément structurant de l’espace touristique saharien, avec une attention particulière aux palmeraies, menacées de disparition, par l’urbanisation rampante, l’abandon des cultures et les mauvais arbitrages, quant à l’usage de la ressource hydrique. Promouvoir les énergies renouvelables, particulièrement l’énergie solaire, et multiplier les usages à finalité touristique (Éclairage, eau chaude), selon le principe d’éco-responsabilité, auquel les clientèles sont de plus en plus sensibles (un label pourrait distinguer les établissements engagés dans une telle démarche). Le programme « énergies propres » pourrait bénéficier d’un soutien technico- financier à travers le dispositif national de développement des énergies renouvelables ou au titre de la coopération internationale élaborer et mise en place d’une charte «harmonie» environnement/tourisme. Concertation intersectorielle «élimination des déchets solides et traitement des eaux usées Lancement d’une étude d’opportunité et de trois projets pilotes de gîtes alimentés en énergie solaire. élaboration d’un guide de bonnes pratiques environnementales, à l’usage des professionnels. Etude de création de nouvelles zones protégées. En tant qu’ensemble de services adossés à des lieux et des représentations, le tourisme a besoin d’une assise territoriale homogène. La wilaya d’Adrar se caractérise, de ce point de vue, par une forte concentration des activités sur Timimoun et ses environs, au détriment des autres territoires touristiques. En effet, le Touat enregistre une faible activité dominée par le tourisme de passage et d’affaires, au niveau d’Adrar.

Par Safi A. T.