Kia

À LA FAVEUR D’UN ACCORD SIGNÉ ENTRE LES DEUX PAYS : «KIA-Algérie» s’exportera vers la Mauritanie

L’accord relatif à la coopération dans le secteur de l’industrie automobile, signé entre l’Algérie et la Mauritanie, permettra aux deux parties de lancer la commercialisation de la première voiture de fabrication algérienne de la marque asiatique « KIA Algérie » en Mauritanie. Dans le même contexte, le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a annoncé dimanche dernier, rappelle-t-on, que l’Algérie visait à atteindre d’ici 2020 l’objectif de 400 000 véhicules montés localement, alors que le nombre des unités fabriquées en 2017 a atteint les 110 000. Par ailleurs, le directeur général d’Air Algérie Cargo, filiale de la compagnie nationale Air Algérie, Yahia Hasnaoui, a annoncé que cette entreprise «s’apprête à lancer une nouvelle ligne de transport des marchandises entre l’Algérie et la Mauritanie à partir de novembre prochain», tout en précisant, dans ce sillage, qu’«un avion-cargo a été réservé pour le transport de marchandises avec une capacité de 20 tonnes assurant la ligne Algérie-Mauritanie et effectuera son premier voyage début novembre prochain.» À noter que la signature de ces accords commerciaux s’inscrit dans la stratégie du gouvernement visant à conquérir le marché africain, cela passe obligatoirement par les pays frontaliers situés au Sud du pays. C’est dans cette optique que le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a inauguré, en août dernier, dans la wilaya de Tindouf, le nouveau poste frontalier algéro-mauritanien, en présence de son homologue mauritanien, Ahmedou Ould-Abdallah. Pour renforcer cette stratégie, le ministre du Commerce, Saïd Djallab, compte sur le développement de la logistique qu’il considère comme «l’un des facteurs déterminants de la compétitivité du produit», avait-il déclaré, lors d’une conférence de presse organisée en marge du Salon international de l’élevage et de l’agroéquipement (SIMA-SIPSA). Il avait révélé, à cette occasion, que son ministère travaillait sur l’établissement d’une cartographie des plateformes logistiques, à Tindouf et à Tamanrasset pour rapprocher les exportateurs des pays africains, notamment le Nigéria.
Med Wali