Mohamed Antar Daoud

VANDALISME CONTRE LA STATUE DE L’éMIR ABDELKADER À PARIS : Mohamed-Antar Daoud dénonce un acte d’une « bassesse inqualifiable »

L’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud, a dénoncé un acte de vandalisme d’une « bassesse inqualifiable » qui a visé la statue de l’Émir Abdelkader érigée dans la ville d’Amboise, France, en l’honneur du fondateur de l’État algérien.
Cet acte de saccage est commis quelques heures avant l’inauguration officielle de la statue. « L’ambassadeur d’Algérie a dénoncé un acte de vandalisme d’une bassesse inqualifiable et assure de la poursuite de la dynamique algéro-française, soutenue par une volonté politique de part et d’autre d’aller de l’avant », a indiqué un communiqué de l’ambassade d’Algérie à Paris. Selon la même source, à l’invitation de Thierry Boutard, Maire de la ville d’Amboise, l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud a pris part, samedi, à la cérémonie d’inauguration de la sculpture « Passage Abdelkader » en hommage au héros algérien, l’Émir Abdelkader, qui intervient cette année au moment où le peuple algérien célèbre le 60ème anniversaire de l’Indépendance nationale, chèrement reconquise.
« Malheureusement, cette œuvre de portée mémorielle, réalisée par le sculpteur Michel Audiard, a été vandalisée dans la nuit du 4 au 5 février, avant même son dévoilement, suscitant une vive indignation des participants et au-delà », ajoute le communiqué. Par ailleurs, « l’Algérie prend acte des condamnations unanimes émanant des autorités françaises et de la population amboisienne témoignant du profond respect dû à la personnalité de l’Émir Abdelkader, lequel a voué toute sa vie à diffuser les valeurs de paix et de tolérance », souligne le communiqué. Pour l’ambassade d’Algérie à Paris, « ces condamnations s’inscrivent indéniablement dans cette dynamique ascendante d’apaisement insufflée par les hautes autorités des deux pays ».
Sarah O.