Un p’tit jour et puis s’en vont !

Par Hafidh A. Settar :

C’est demain 8 mars. Une date dans l’année. Mais pas que.
Car c’est aussi la journée de la femme.
Saugrenu un tantinet, ce choix de pointer un si romantique symbole un mois des…fous où il pleut, vente et neige coup après coup.
Mais le romantisme qui s’en souvient déjà -et encore- ? à l’heure où la civilisation outrancièrement émancipée en a fait un objet -certes ciselé aux instruments d’orfèvre- mais objet quand même, fardé à tous les artifices et tous les maux de l’humanité ?
Mais trêve de philosophie empruntée à quelque parchemin jauni et suranné : Mesdames, c’est votre fête et vous pouvez tout à loisir, demain, vous griser du parfum de la rose que vous offre l’État à l’Aurassi ou faire la randonnée -offerte gratos pour vous par la SNTF- H 24 sur les trains de banlieue.
Avec en prime ce refrain revisité : «Pourtant… que l’Algérienne est belle…».
Mais ce sera toujours un p’tit jour et puis s’en vont…
H. A. S.