Mohamed Abdellah

TRIBUNAL DE SIDI M’HAMED : Le gendarme déserteur, Mohamed Abdellah, placé en détention à El-Harrach

Le juge d’instruction de la troisième chambre du tribunal de Sidi M’hamed a ordonné hier le placement en détention provisoire du gendarme déserteur Mohamed Abdellah à la prison d’El-Harrach. En effet, extradé dimanche vers l’Algérie par les autorités espagnoles après avoir été arrêté il y a quelques jours en Espagne, le gendarme déserteur Mohamed Abdellah a été présenté hier matin devant le parquet près le tribunal de Sidi M’hamed à Alger qui a décidé son incarcération à la prison d’El-Harrach. Rapatrié en compagnie d’une trentaine de harraga algériens, le gendarme a comparu devant le procureur de la République près du tribunal de Sidi M’hamed. Le prévenu est accusé d’« appartenance à une organisation terroriste visant la sécurité de l’État et l’unité nationale », « financement d’un groupe terroriste ayant pour objectif de porter atteinte à la sécurité de l’État » et « blanchiment d’argent dans le cadre d’une organisation criminelle». Pour rappel, les autorités espagnoles avaient arrêté Mohamed Abdellah le 12 août dernier. Il avait été mis en détention dans un centre de rétention à Barcelone, alors qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par la justice algérienne, le 21 mars dernier, ainsi que trois autres personnes. Vendredi dernier, le ministère de l’Intérieur espagnol avait signé un décret dans lequel il a ordonné l’expulsion du sergent-chef Mohamed Abdallah. Il convient de rappeler que Mohamed Abdallah est un ancien sergent-chef de la Gendarmerie nationale. Il faisait partie de l’équipe des patrouilles de surveillance aérienne de la gendarmerie de Tébessa. En 2018, il avait rejoint, lui et sa famille, l’Espagne en tant que réfugié politique. La semaine dernière, l’ancien gendarme s’était rapproché des autorités espagnoles compétentes afin de renouveler son titre de séjour, une procédure imposée aux demandeurs d’asile chaque six mois, et qui a été rejetée par les autorités espagnoles.
Sarah O.