sntfp4

TRAFIC FERROVIAIRE : Des retards allant jusqu’à 4 heures en banlieue algéroise

Le trafic ferroviaire sur les lignes de la banlieue algéroise (Alger-Thénia et Alger-El-Affroune) et aussi la grande ligne Alger-Tizi-Ouzou, a été très perturbé dans les deux sens (aller et arrivée) durant les deux derniers jours, suite à des problèmes techniques.

Les autres trains de grandes lignes n’ont pas été affectés. Les trains ont enregistré jusqu’à quatre heures de retard au grand dam des clients et usagers SNTF qui, très stressés et anxieux, ont dû attendre pendant de longues heures sans être informés pour la plupart sur ces retards et leur durée. C’est le cas, dans la matinée d’hier, des trains Thénia-Alger, en provenance de Thénia, qui ont tous démarré avec des retards dépassant une heure de leur temps réglementaire. Le train Tizi-Ouzou-Alger qui devait démarrer à 8H30, mais qui a fait un retard estimé à plus de trois heures, les voyageurs devaient arriver à 10H30 à Alger-centre. Au fur et à mesure de la journée d’hier, les retards s’amplifient avec d’autres conséquences : tous les départs et arrivées des trains ont accusé des retards dépassant parfois les deux heures. Les agents de SNTF ont brillé encore par leur talent de faire empirer les choses, ils ont continué à vendre des tickets de voyage avec des horaires pourtant non respectées à cause des retards, c’est-à-dire sans prévenir les voyageurs.
Toutes les gares ont été submergées par les voyageurs qui attendaient leur train, alors que ces derniers arrivent complètement bondés et ce n’est pas tous les voyageurs qui arrivent à monter à bord. Des usagers qui veulent s’embarquer malgré l’un disponibilité de places et la grande chaleur dans les trains empêchent la fermeture des portes des trains qui, pour des raisons de sécurité, ne peuvent pas démarrer avec des portes ouvertes.
Cette situation a généré du mécontentement chez les usagers, notamment durant cette période de célébration de la fête de l’Aïd où les gens et les familles se déplacent beaucoup et se rendent en visite à des proches. Il faut souligner qu’au deuxième jour de l’Aïd, un enfant a été violemment percuté par un train aux environs de 17 heures qui tentait de traverser la voie ferrée à la gare de Boudouaou.
Hamid Mecheri