Abdelkader-Amrani-681x361

Tout en annonçant son départ officiel du CS Constantine : Amrani dément tout contact avec le CS Sfax

Le feuilleton de la valse des entraineurs se poursuit dans le championnat algérien qui vient d’acter le départ d’un 12ème coach. Allusion faite à Abdelkader Amrani qui a officiellement annoncé sa séparation avec le CSC.
«Ma démission, je l’avais annoncée après notre défaite à domicile contre l’ASAM. Néanmoins, sur insistance de l’entreprise propriétaire du club, j’ai accepté de diriger le stage bloqué qu’elle a programmé à Annaba pour préparer le match suivant sur le terrain de la JSMS. Mais à l’issue de cette rencontre, j’ai informé les dirigeants que je n’allais pas revenir, et que ma décision était irrévocable, raison pour laquelle je suis d’ailleurs rentré chez moi à Tlemcen», dira d’emblée le désormais ex-driver des Sanafirs qui avait conduit ces derniers vers le titre de champion il y a trois saisons.
Mais pourquoi ce départ alors qu’Amrani était revenu au club, lors de l’été dernier, avec de grosses ambitions ? Selon l’intéressé, le comportement de certains supporters à son égard est impardonnable.
«Tout a commencé après le match contre le MCA. À notre retour à Constantine, la tension était tangible. On s’entraînait même sous escorte, et les supporters ne nous ont pas, moi en particulier, ménagé par les insultes. Personnellement, je n’accepte pas ce comportement», a-t-il encore dit au micro de la Radio nationale.
Avant d’ajouter : «À mon retour au club lors de l’intersaison, la direction du club m’a fait savoir qu’elle a opté pour une politique d’austérité en revoyant à la baisse la masse salariale de l’équipe. Moi-même, j’ai accepté de réduire mon salaire, car le projet qu’on m’avait proposé était très intéressant, à savoir, construire un centre de formation. L’objectif était alors très clair : assurer le maintien en Ligue 1 cette saison».
À présent que le divorce entre Amrani et le CSC est consommé, les spéculations vont bon train au sujet de l’avenir du coach. Ce dernier, annoncé proche du CS Sfax (Tunisie), a apporté un démenti catégorique à cette information, regrettant qu’elle ait été relayée par certaine presse, au point de lui avoir porté préjudice à Constantine.
«Ce n’est pas de mes principes de négocier avec un autre club alors que je suis en poste au sein d’une autre formation, contrairement à ce qui a été rapporté par certains. Cela dit, concernant le CS Sfax, je peux vous affirmer que je n’ai aucun contact avec ce club», a-t-il précisé.
H. S.