Chien en rage

Tizi-Ouzou : Hausse de 500 cas de morsures par des animaux sauvages et domestiques

Une hausse de 500 cas de morsures d’animaux sauvages ou domestiques a été enregistrée au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou du début de l’année au 31 août dernier par rapport à la même période de l’année précédente, a-t-on indiqué de la Direction locale de la santé et de la population (DSP). «Cette année, nous avons enregistré 5.000 cas de morsures par des animaux, principalement, des chiens et des chats, soit une hausse de 500 cas, par rapport à la même période de l’année précédente», a indiqué à l’APS,Oulamara Idir, biologiste à la DSP, selon qui «cette situation est alarmante».
Ces morsures sont, dans la plupart des cas, le fait d’animaux, chiens et chats errants, a précisé ce biologiste indiquant toutefois que des morsures par des animaux domestiques découverts enragés ont été, également, enregistrées. «Toute morsure est suspectée de rage et doit être impérativement suivie de traitement», a souligné M.Oulamara ajoutant que le pullulement des décharges sauvages à travers la wilaya constitue «l’une des causes principales de rage facteur favorable pour contracter la rage par les animaux domestiques aux contacts d’animaux sauvages». Pour lui, «sans l’éradication de ces lieux, il est impossible de venir à bout de ce phénomène d’animaux enragés.» Les animaux domestiques côtoient au quotidien des animaux sauvages, que ce soit des chacals ou même des singes au niveau de ces lieux et c’est à partir de ce contact que la rage est acquise, d’où la nécessité absolue de procéder à leur éradication et à la vaccination des animaux domestiques, « a-t-il soutenu. A ce propos, une instruction a été émise récemment par le wali aux différentes directions locales, dont la santé, l’environnement, l’éducation, les collectivités locales et les services de sécurité pour une «intensification de la sensibilisation sur l’obligation de vaccination des animaux domestiques», a indiqué M.Oulamara.
à cet effet, près de 1.500 doses de vaccins seront distribuées, la semaine prochaine, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la rage coïncidant avec le 28 septembre. Et ce, selon les besoins exprimés par chacune des subdivisions locales, a-t-on, également, indiqué.
Sur un autre plan, M. Oulamara a indiqué que «la prise en charge d’un mordu coûte aux pouvoirs publics près de 15.000 DA, tandis que le coffret de vaccin que le mordu reçoit gratuitement au niveau des structures sanitaires coûte prés de 7.000 DA». Pour conclure, le même biologiste dira que «la vaccination permettra de diminuer tous ces coûts».