Tebboune

Tebboune reçoit le MAE saoudien

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu hier à Alger le ministre des Affaires étrangères du Royaume frère d’Arabie Saoudite, l’Emir Faiçal Ben Ferhan Al Saoud, qui effectue une visite de travail en Algérie, indique un communiqué de la présidence de la République. Lors de cette audience, les deux parties ont « procédé à une évaluation de la coopération bilatérale et à l’examen des voies à même de l’approfondir et la diversifier, notamment en ce qui concerne les projets de développement et d’investissement marquant le partenariat entre les deux pays frères », précise le communiqué. Cette rencontre a été également une opportunité pour se concerter et échanger les vues sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, à leur tête la crise libyenne, ajoute le communiqué de la présidence de la République.

Gisèle Halimi, l’ancienne avocate du FLN n’est plus
La célèbre avocate et intellectuelle Gisèle Halimi, une des ferventes défenseuses de la cause nationale lors de la guerre de libération de l’Algérie, est décédée mardi à Paris à l’âge de 93 ans, a annoncé sa famille. En plus de son combat féministe, étant une des signataires du célèbre manifeste des 343 femmes disant publiquement avoir avorté, elle avait défendu, en 1960, Djamila Boupacha, militante du FLN, à qui elle a consacré une œuvre biographique. Altermondialiste, elle fait partie des 1998, de l’équipe qui créa l’organisation Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne). Parallèlement à sa carrière d’avocate, Gisèlme Halimi a mené une carrière d’écrivain. Parmi sa quinzaine de titres, figurent « Djamila Boupacha » (1962) et une œuvre plus intimiste comme « Fritna », sur sa mère (1999). Mère de trois garçons, dont Serge Halimi, directeur de la rédaction du mensuel Le Monde diplomatique, elle a confié qu’elle aurait aimé avoir une fille pour « mettre à l’épreuve » son engagement féministe.

Médias étrangers : une cinquantaines de journalistes accrédités
Une cinquantaine de représentants de médias étrangers se sont vus remettre leurs accréditations, ou la reconduction de celles-ci pour la majorité d’entre eux, dont ceux de la BBC (Radio), des Agences de presse française (AFP), anglaise (Reuters), américaine (AP), chinoises (Chine nouvelle, CCTV), vietnamienne (AVI), ainsi que des chaînes de télévisions El-Arabiya, El-Horra, El-Aâlam, El-Hadath et El Ghad. Toutes les conditions « sont réunies pour permettre aux représentants de la presse étrangère accréditée en Algérie d’exercer leur métier », a affirmé, hier à Alger, le ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement, Ammar Belhimer. « L’Algérie offre toutes les facilités aux correspondants des médias étrangers pour leur permettre d’exercer leur métier et ce, dans le respect des règles d’éthique et de déontologie », a déclaré M. Belhimer, lors de la cérémonie de remise des accréditations à des représentants des médias étrangers accrédités en Algérie. À cette occasion, le ministre a tenu également à adresser ses « encouragements » aux professionnels de la presse nationale assurant leur mission « dans des conditions difficiles » en raison de la pandémie du coronavirus, citant « les difficultés de circulation, l’éloignement de leurs familles et des sièges de leurs médias ». Aux côtés du ministre de la Communication, étaient notamment présents à cette cérémonie les représentants des MAE, Abdelaziz Benali Cherif, de l’Intérieur, Laïdaoui Hamouda, ainsi que le DG de l’APS, Fakhreddine Beldi.

L’agence BDL du Boulevard Larbi Ben M’hidi fermée
La nouvelle a de quoi fâcher. Mais gageons qu’elle servirait d’un mal nécessaire en ces temps de hausse des contaminations au covid-19. Hier, l’agence BDL sise à la Rue Larbi Ben M’hidi à Ager a été fermée par les services de la daïra de Sidi M’hamed. En cause, une violation manifeste des mesures barrières a été constatée chez les clients de l’agence. Pris au dépourvu, le personnel de cette banque a reçu la cellule de crise de la daïra en charge de la lutte contre la propagation du méchant virus. La délégation est constituée du personnel administratif, des services de sécurité, de la Protection civile et d’Algérie télécom. S’étant déplacée pour évaluer le niveau de respect des mesures sanitaires, la cellule a donc décidé, après mauvaise note attribuée à l’établissement, de fermer immédiatement le siège. Le motif a de quoi tenir la route : pas de port de bavettes et non-respect de la distanciation physique chez les clients. Toutefois, l’agence en question sera rouverte après l’Aïd El-Adha.

Une nouvelle ère glaciale de la terre dans 100 000 ans
Une nouvelle ère glaciaire débutera sur Terre dans environ 100 000 ans, a fait savoir à Sputnik, Masayuki Ikeda, professeur à l’Université de Tokyo. Le professeur de l’Université de Tokyo Masayuki Ikeda a expliqué à Sputnik dans combien d’années arriverait une nouvelle ère glaciaire, laquelle « dépendra du facteur humain» a-t-il affirmé. Pour émettre de telles prédictions, M.Ikeda et ses collègues ont achevé une étude portant sur l’influence des moussons sur le climat et l’évolution des dinosaures il y a dix millions d’années. Ils ont eu recours dans leurs travaux à la théorie de l’ingénieur serbe Milutin Milankovic. «D’après la théorie de Milankovic, une nouvelle ère glaciaire surviendra dans 100 000 ans mais cela dépend du facteur humain, des émissions de gaz carbonique», a déclaré Masayuki Ikeda.

Mis aux poings
«L’Algérie joue un rôle leader notamment dans la lutte contre la traite des personnes dans les forums des Nations-unies », affirme hier le coordonnateur résident du système des Nations unies en Algérien, Eric Overvest.

C’est normal, la traite est fondée sur l’exploitation des plus faibles, et l’Algérie ne tolère pas que les plus faibles dans le monde soient encore victimes de violation de la Charte et des Conventions de l’ONU.