zitounip2

TAYEB ZITOUNI ÉLU À LA TÊTE D’UN RND EN PLEINE CRISE EXISTENTIELLE : Cherche désespérément second souffle

Le congrès extraordinaire de ce jeudi, transformé en assises ordinaires, était réglé comme du papier à musique. Si personne ne se fait d’illusions sur la suite des évènements, il convient de s’interroger sur le rôle véritable que pourrait jouer ce parti, « né avec des moustaches » dans l’application du programme électoral du président Tebboune.

Ce jeudi, le CIC d’Alger a fait le plein. Près de 800 congressistes du RND, sans compter la presse, les organisateurs, le service d’ordre… etc, y étaient invités en effet, n’en déplaise aux mesures sanitaires strictes liées à la prévention contre l’épidémie de Covid-19. Des absences de taille étaient également signalées. Outre un Ahmed Ouyahia, dont le nom est soigneusement rayé des éléments de langage de tous ceux que nous avons approchés, l’ex et puissant numéro deux de ce parti, Seddik Chihab, est lui aussi inscrit aux abonnés absents. Sur le plan du déroulement des travaux, tous les présents approchés en coulisses nous ont confirmé « l’option Zitouni ». Celle-là même que mettra en avant la commission de confirmation des mandats dans le rendu de son rapport. Tayeb Zitouni sera élu à l’unanimité, et par acclamation, après que ce congrès extraordinaire eut été « mué » en sixième congrès ordinaire ». En tout, l’opération ne prendra pas plus d’une heure. Même le discours d’investiture du nouveau secrétaire général de e parti, comme il l’avouera lui-même, était écrit à l’avance. Le discours, à l’image de ce parti sans relief et sans imagination, sera truffé de lieux communs et de promesses sans lendemains. Il sera ainsi, question de tordre le cou à l’exclusion afin que le parti profite de l’ensemble de ses cadres et militants. Il est surtout question de soutien inconditionnel au programme de l’actuel président de la République. L’offre de service que voici, qui ne peut échapper à personne, donne peut-être le « la » des « mutations politiques » à venir. Le RND, qui cherche à ne pas se faire distancer, évoque déjà des élections législatives et locales anticipées, alors que cette perspective avait été catégoriquement écartées par le porte-parole de la Présidence dans sa dernière conférence de presse. Reste à attendre si le président Tebboune va recevoir Zitouni dans le cadre de ses consultations politiques, ou si le RND, au même titre que le FLN d’ailleurs, continuera d’être boudé par les autorités. Une chose reste certaine toutefois, les grandes manœuvres de printemps ont bel et bien commencé…
Mohamed Abdoun