Covid-19 Algerie

SUR 2 300 PERSONNES INFECTÉES DANS LE CORPS MÉDICAL : 44 soignants sont morts de Covid-19 en Algérie

Médecins, infirmiers, aides-soignants, agents hospitaliers et cadres de Santé … depuis le début de l’épidémie de coronavirus, nombre de ce personnel hospitalier de première ligne face au Covid-19 ont contracté ce virus, le plus souvent auprès de patients contaminés.
Au total, 44 médecins et autres soignants actifs ont été emportés par l’épidémie de coronavirus, a dévoilé, hier, le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, lors de son allocution à l’occasion du lancement de la campagne nationale de solidarité avec le personnel soignant mobilisé dans la lutte contre la Covid-19. De plus, 2 300 professionnels de la Santé sont atteints par la maladie, a souligné le ministre. Abderrahmane Benbouzid a encensé le haut degré de compétence et de professionnalisme de l’ensemble du personnel médical, notamment pour les sacrifices qu’ils ont consentis sur le terrain, appelant les citoyens à les soutenir. Il leur a ainsi rendu un hommage : « Je tiens à réitérer mes remerciements à toutes les équipes médicales et les professionnels de la Santé pour les efforts consenties toujours sur le terrain ». « Je salue le haut degré de compétence et de professionnalisme des équipes médicales et pour tous leurs efforts sur le terrain. L’Armée blanche fournit un extraordinaire travail sur le terrain et nous devons la soutenir », a-t-il poursuivi. Intervenant lors de la même conférence de presse, le professeur Addad, exerçant comme chef de service au CHU Mustapha-Pacha, a souligné que depuis le début de l’épidémie de Covid-19 tout le personnel médical de l’hôpital s’est mobilisé pour lutter contre ce virus. Il a ajouté que l’administration de l’hôpital a été très soucieuse, depuis le début, de protéger l’élément humain. Le professeur a souligné que les difficultés rencontrées par l’hôpital Mustapha-Pacha sont dues au grand afflux de patients de différentes régions du pays, qui s’ajoutent à des manquements de ressources humaines dues aux infections contractées par certaines d’entre elles des suites du coronavirus. Le professeur a révélé que depuis le 9 juillet, les capacités en lits ont été renforcées, passant de 19 lits seulement à 300 lits, avec la possibilité de doubler les lits au niveau du service de réanimation jusqu’à 50. le même responsable a fait savoir que le CHU algérois a pris en charge un nombre considérable de patients Covid-19 depuis le début de l’épidémie, que ce soit par le biais d’une prise en charge au niveau de l’hôpital ou à domicile, appelant à renforcer les moyens matériels et humains de cette structure hospitalière, notamment en personnel paramédical, qui fait face à un afflux grandissant de patients. De son côté, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmahdi, a appelé les Algériens à soutenir les médecins dans cette pandémie, soulignant que le secteur de la santé doit être renforcé. Belmahdi a appelé à prêter main forte à nos praticiens.  « Les médecins et les autres travailleurs du secteur sanitaire ont besoin d’un soutien moral. Et ils ont besoin qu’on se tient à leurs côtés. Ceci contre ceux qui portent atteinte à eux verbalement ou physiquement », a souligné le ministre. Il a ajouté: « nous avons soutenu les médecins depuis la propagation du virus, et le secteur de la santé doit être soutenu pour qu’il ne sfaiblisse pas ». Lancée sous le slogan : « Nous sommes tous avec les médecins contre l’épidémie », cette campagne de sensibilisation interviendra dans le but de soutenir les professionnels de la santé dans leur lutte quotidienne contre le virus. L’objectif consiste notamment à sensibiliser la société. Il est question aussi de faire comprendre aux gens la nécessité de respecter les mesures préventives.
Les agressions contre le personnel hospitalier existaient depuis des années, mais il y a une augmentation significative du nombre d’incidents déclarés et médiatisés depuis ces derniers mois, liés à l’épidémie de coronavirus. Depuis le début de ce mois, plusieurs médecins ont tiré l’attention sur leur situation et leur sécurité, qui font face à une énorme pression et au « burn-out » du fait d’être en contact étroit avec les patients contaminés au Covid-19 et obligés d’assurer des gardes de 24H. Beaucoup de citoyens ont appelé à des sanctions exemplaires contre ces agresseurs.  Dimanche dernier, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé le durcissement des sanctions contre les auteurs d’agressions sur les staffs médicaux à travers « une loi rigoureuse » qui sera promulguée la semaine prochaine visant la protection des corps médical et paramédical ainsi que les fonctionnaires des hôpitaux. « En tant que personne, que citoyen et président, ça me peine que des médecins et des infirmiers, qui n’ont pas vu leurs enfants depuis quatre mois, soient victimes d’agressions », a déclaré le président de la République, en qualifiant ces personnels de « véritables moudjahidine ». Le chef de l’État a assuré que « les médecins sont sous l’entière protection de l’État algérien et du peuple algérien ». À cet effet, il a mis en garde que toute agression contre le personnel médical, qu’elle soit physique ou verbale, et exposera son ou ses auteurs à des peines sévères « oscillant entre 5 et 10 ans de prison ferme ». Un montant de 65,53 milliards de dinars a été consacré à la lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) en Algérie, selon le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane.
H. M.