Abdelmadjid Merdaci

SES LIVRES, CONTRIBUTIONS ET RECHERCHES CONTINUERONT D’ANIMER LA CURIOSITÉ DES CHERCHEURS ET DES PASSIONNES DE L’HISTOIRE DU PAYS : Le sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci n’est plus

Inhumé, hier, dans sa ville natale, qu’il n’a jamais quittée, le sociologue et historien, Abdelmadjid Merdaci est parti sur la pointe des pieds.

Et c’est en silence qu’il menait, tout au long de sa vie, ses recherches sur l’histoire de notre pays, du mouvement nationale algérien, à la Guerre de Libération nationale, sur la musique algérienne et l’histoire de sa ville qu’il a tant aimé, Constantine, pour nous les soumettre en plusieurs ouvrages, riches en enseignements et faits historiques. Le défunt était professeur à l’université de Constantine. Parti à l’âge de 75 ans, il était diplômé en histoire, docteur d’État en sociologie et auteur de plusieurs ouvrages, dont « le GPRA, un mandat historique 19 septembre 1958-3 août 1962 (édition du Champ libre » dans lequel il a abordé les différentes phases du gouvernement provisoire avec des éclairages, depuis la création du GPRA jusqu’à la fin de la Guerre de Libération nationale pour l’indépendance. L’auteur invite, lit-on dans sa conclusion, à «libérer l’histoire des peurs, des mensonges et des occultations». Revenir, poursuit-il, « sur le GPRA n’est pas non plus faire le procès simpliste de ceux s’y sont opposés, y compris par la force, et le constat des passions communes pour l’Algérie et son destin n’en est que plus amère les déchirures qui obscurcissent nos mémoires», conclut-il dans son livre, souhaitant pouvoir attirer l’attention des chercheurs. Dans un autre ouvrage, celui-ci consacré à l’histoire de la musique algérienne, le défunt a publié, en 2012, « le Dictionnaire des musiques citadines de Constantine » aux Edition du Champ Libre, dans lequel l’auteur évoque l’itinéraire d’une pléiade  de chouyoukh de zdjel et chaâbi à la médina de la ville des Ponts, dont Omar Chaqleb, Djamel Derdour, Cheikh G’ma, Zerouala, Mohamed Chérif Merkouche, Mouloud Amine Khodja, Boudjemâa Madoui. Auparavant, en 2009, l’historien a publié, « Constantine au cœur de l’histoire novembre 1954-novembre 1955 ». Celui qui rappelle, en mai 2013, dans ses échanges et conférences qu’il était un ancien du journal Le Peuple, et qu’il étais encore lycéen ici à Alger, quand il avait commencé à écrire ». Il ne ratait pas une occasion pour dire « je veux qu’un maximum d’Algériens puissent s’informer de l’histoire ». Sur la question de la reconnaissance par l’Etat français de ses assassinats en Algérie, l’historien avait déclaré au journal français, L’Humanité, en septembre 2018, que l’Etat de français doit reconnaître ses crimes comme il a reconnu l’assassinat du militant de la cause algérienne, le martyr Maurice Audin. Abdelmadjid Merdaci avait indiqué que cet acte de reconnaissance « en appelle d’autres, comme la reconnaissance de l’assassinat de Larbi Ben M’hidi par l’armée et l’État français », avant d’affirmer que « l’apaisement des mémoires ne se décrète pas, il exige la mise en conformité de la parole politique avec la vérité historique », conclut l’historien, qui a laissé à des générations des recherches, des livres et des éclairages sur l’histoire de leur pays. Repose en Paix.
Karima Bennour

IL SALUE LES CONTRIBUTIONS D’ABDELMADJID DANS « L’ENRICHISSEMENT DE LA PENSÉE ET DE L’HISTOIRE »
Les condoléances du Président à la famille Merdaci
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé, hier, un message de condoléances à la famille de l’historien et chercheur Abdelmadjid Merdaci, décédé jeudi à l’âge de 75 ans, dans lequel il a salué les contributions du défunt dans l’enrichissement de la pensée et de l’histoire, indique un communiqué de la présidence de la République. « Suite au décès du chercheur et historien Abdelmadjid Merdaci, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message de condoléance à la famille du défunt, dans lequel il a salué les contributions de l’éminent professeur universitaire dans l’enrichissement de la pensée et de l’histoire, priant Dieu Tout-Puissant de l’accueillir dans Son vaste paradis et d’assister les siens en cette épreuve », précise le communiqué.
R. N.