SAHARA OCCIDENTAL : Brahim Ghali demande la nomination rapide d’un envoyé spécial de l’ONU

Le président sahraoui, Brahim Ghali, a appelé les Nations unies à nommer rapidement un Envoyé spécial pour le Sahara occidental afin de poursuivre la dynamique initiée par l’ancien émissaire, Horst Köhler.
Dans un entretien accordé  à la chaîne de télévision espagnole RTVE, le Président Ghali a exprimé son « profond regret suite à la démission de l’ancien médiateur, Horst Köhler, et la situation actuelle résultant de cette démission ».
Le Chef de l’État , a jugé « très importante la nomination d’un nouvel émissaire pour compléter les efforts de son prédécesseur, car il est inconcevable que la situation reste dans l’impasse pour d’autres années, à un moment où une mission des Nations unies au Sahara occidental a été créée notamment pour superviser le référendum d’autodétermination du peuple sahraoui conformément à la résolution 690 du Conseil de sécurité d’avril 1991″.
Dans cet entretien, le Président sahraoui a critiqué « l’approche adoptée par les Nations unies depuis des décennies pour trouver une solution définitive au conflit au Sahara occidental, et en dépit des nombreuses décisions et résolutions prises par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité de l’ONU qui a reconnu le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. »Au cours d’une réunion sur le Sahara occidental,  le Conseil de sécurité a souligné l’urgence de nommer un successeur au médiateur Horst Köhler en vue de préserver l’élan et l’esprit de Genève.
Au cours de cette réunion à huis clos, Il y a eu consensus sur deux points importants : l’urgence d’accélérer le processus de désignation d’un successeur à Köhler et la nécessité de maintenir la dynamique enclenchée à Genève. Le plaidoyer de l’Afrique du Sud pour la décolonisation du Sahara occidental, la délégation américaine ont insisté sur l’urgence de nommer un nouvel émissaire qui partage la stature et la détermination de l’ancien président Allemand.
Mercredi et  la 74ème session de la quatrième Commission de l’ONU chargée de la décolonisation a adopté une résolution réaffirmant le droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément aux principes énoncés dans la Charte des Nations unies et à la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU relative à la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples colonisés.
Adoptée à l’unanimité par 193 pays, la résolution de la quatrième Commission de l’ONU a réaffirmé le droit inaliénable de tous les peuples à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément aux principes énoncés dans la Charte des Nations unies et la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale des Nations unies de décembre 1960 contenant la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples.
M. B.