Mahrez

Riyad Mahrez : «Il n y a pas de défenseur faible en Premier League»

Mercredi, la star algérienne, Riyad Mahrez, a disputé son 100e match avec son club anglais, Manchester City, qu’il a rejoint en 2016 en provenance de Leicester City contre plus de 65 millions d’euros. Ce rendez-vous a coïncidé avec la première sortie des Citizens pour le compte de la nouvelle édition de la Ligue des champions contre Porto.

Evoquant l’évènement, Mahrez, qui s’exprimait sur le site officiel de son club, en a profité pour parler des meilleurs moments qu’il a passés avec son équipe « céleste » au cours des 100 derniers matches.
Le capitaine des Verts est ainsi revenu sur le meilleur match qu’il a disputé avec son équipe, en déclarant: « Mon meilleur match est celui joué la saison passée face à mon ancienne équipe, Leicester City». Au cours de cette rencontre, l’ancien havrais a réussi à inscrire un but. Il a réédité le même scénario cette saison, comme pour confirmer qu’il est devenu la bête noire de ses anciens coéquipiers, sauf que pour les retrouvailles de ce début d’exercice, les Citizens ont reçu une raclée face à Leicester (5-1).
S’agissant de son plus mauvais souvenir, l’attaquant algérien a estimé que l’élimination des siens contre l’O Lyon demeure une tâche noire dans sa carrière, surtout qu’il misait gros sur la précédente édition de la Ligue des champions européenne pour enrichir son palmarès. Pour rappel, Mahrez a été incorporé en cours du temps de ce match dans l’espoir de renverser la vapeur, mais en vain.
Mahrez a estimé par ailleurs qu’il n y a pas de défenseurs faibles dans la Premier League anglaise : »Je n’ai jamais rencontré de défenseur faible en Premier League. Ils sont tous féroces et difficiles à jouer et nous, les attaquants, trouvons toute la difficulté du monde pour gagner nos duels contre eux ».
Enfin, l’international algérien a été invité à citer trois noms de joueurs qu’il considère comme modèles. Il n’a pas caché à ce propos son admiration pour Didier Drogba, Franck Ribery et Lionel Messi.
Hakim S.