Abbas-Tebboune

PROCHAINE RENCONTRE DE RÉUNIFICATION DES RANGS : Les représentants des factions palestiniennes attendus à Alger

«L’Algérie abritera dans les prochains jours, une conférence unificatrice des factions palestiniennes », a annoncé en décembre dernier le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au cours d’une conférence de presse organisée en marge de l’audience qu’il avait accordée au président de l’autorité palestinienne Abou Mazen.
C’est à l’initiative de l’Algérie qui a toujours défendu le principe de la décision palestinienne et qui fait du soutien à la cause palestinienne un principe que se tiendra cette rencontre qui permettra « aux frères ennemis », de se mettre autour d’une table pour discuter des points de discorde et tenter d’adopter une charte qui renforcera les rangs palestiniens et permettra aux peuple palestinien de mieux défendre sa cause.
Dans la foulée, le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général- (FPLP-CG), Talal Naji est attendu le 20 du mois courant à Alger pour discuter avec l’équipe algérienne chargée de la préparation de la rencontre réunificatrice. Il rencontrera également au cours de son séjour des responsables algériens. Il se réunira par la suite avec des responsables des cinq factions invitées à la rencontre qui sera placée sous le Haut parrainage du président de la République Abdelmadjid Tebboune.
Le Fatah, quant à lui, sera représenté par Azam El Ahmed et Mohamed Madani et Dalal Salameh, respectivement membre du  Conseil révolutionnaire du Fatah et  membres du comité central de l’organisation seront les premiers attendus à Alger avant l’arrivée d’une délégation du mouvement Hamas, puis le FPLP et le FDPLP. La délégation du « Djihad Islamique palestinien »(DIP), est quant à elle attendue à la fin du mois, selon la chaine de télévision panarabe Al-Mayadeen. Cette rencontre qui est une première sur le plan politique après la 18e session du Conseil national palestinien tenu au mois d’avril 1987, permettra aux différentes factions que des divergences opposent, de se réunir et de débattre de l’avenir de la cause palestinienne qui subit des trahisons tous azimuts orchestrées par les partisans d’une normalisation à outrance avec l’entité sioniste. Le président de la République avait annoncé à l’occasion que « dans le cadre des efforts de l’Algérie visant le renforcement des rangs palestiniens à travers la consécration de l’unité palestinienne, je me suis engagé après l’aval du président Abou Mazen, à réunir tous les belligérants palestiniens dans les plus brefs délais à Alger ». Il n’avait pas manqué à cette occasion d’émettre le vœu de voir cette réunion « constituer le prélude de l’unité arabe à laquelle nous aspirons à travers le sommet arabe qu’abritera l’Algérie en mars prochain ». Cette réunion intervient alors que l’Algérie poursuit ses efforts pour réussir la tenue du prochain sommet de la ligue arabe prévu le 22 mars prochain. La diplomatie algérienne a inscrit le soutien à la cause palestinienne et la relance de l’initiative arabe de paix arabe, adoptée en 2002 par le sommet de la ligue arabe à Beyrouth,  comme sujet principal du sommet de mars 2022.
La Ligue arabe qui s‘est retrouvée paralysée par le jeu malsain de certains pays membres qui ont sombré devant le mirage de la normalisation, se retrouve aujourd’hui devant un tournant. C’est une rencontre qui devra permettre de « recadrer » l’action de la ligue arabe dont plusieurs Etats membres ont tourné le dos à la cause palestinienne et normalisé leurs relations diplomatiques avec Israël.
Concernant la prochaine rencontre des factions palestiniennes prévues
à Alger, il y a lieu de préciser à offert le cadre et les conditions pour un débat serein entre frères d’armes. La chaine Al-Mayadeen qui avait évoqué cette réunion a précisé que l’Algérie ne s’est pas ingérée dans le choix des représentants des factions appelés à y assister ni dans l’ordre du jour des travaux. Fidèle à son principe du respect de l’indépendance de la décision palestinienne, elle a laissé la liberté aux Palestiniens d’organiser et de mener les travaux à leur guise avec comme seul objectif parvenir à réunifier les rangs des frères d’armes.
C’est ainsi que l’Algérie qui a toujours soutenu la cause palestinienne offre ses bons auspices pour  permettre une réunification des rangs de la résistance à l’occupation israélienne. Elle réitère, par cette « offre »  son soutien à l’initiative arabe de paix de 2002 qui prévoit un État palestinien dans les territoires de 1967 avec comme capitale El-Qods.
Slimane B.