Mohamed Bacha

POUR RELANCER LES FILIÈRES INDUSTRIELLES : Mohamed Bacha se concerte avec l’UGTA

Le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha a tenu, jeudi à Alger, une réunion avec le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha, ainsi qu’avec les responsables de fédérations syndicales du secteur de l’Industrie affiliées à l’UGTA. S elon un communiqué du ministère de l’Industrie, cette réunion qui est la première du genre vise à mettre en place un mécanisme permettant d’évaluer la situation des travailleurs des différentes entreprises industrielles et de les impliquer dans l’effort de la relance de l’industrie nationale. Au cours de la réunion, les représentants des fédérations ont passé en revue la situation des filières industrielles qu’ils représentent et les problèmes qu’ils subissent, à l’instar de la régularisation de la situation des travailleurs, notamment en matière de salaires, la garantie d’une gestion plus autonome des entreprises et la formation continue des travailleurs. Dans ce cadre, le ministre a souligné la nécessité de trouver des solutions aux revendications des travailleurs qui sont le principal catalyseur pour la construction et la diversification de l’économie nationale, affirmant que le gouvernement est déterminé à asseoir des bases solides pour la croissance industrielle. Bacha a également fait savoir que le ministère prônait le dialogue et la concertation avec le partenaire social pour surmonter les difficultés, améliorer le climat social et renforcer la stabilité au sein des entreprises. De son côté le SG de l’UGTA, Labatcha a affirmé que ce type de rencontre contribuera à la reconstruction des entreprises et érigera le partenaire social en force de proposition et d’intégration pour booster l’économie nationale.

PAS UN MOT SUR LE DOSSIER DE LA RETRAITE PROPORTIONNELLE

Il est cependant essentiel de relever et en se référant au communiqué du ministère de l’Industrie, que le dossier de la retraite proportionnelle et sans conditions d’âge, qui est l’une des revendications essentielles des travailleurs, semble ne pas avoir été abordé lors de cette rencontre. En effet, la question des métiers pénibles n’a pas été évoquée par le SG de l’UGTA qui a pourtant affiché à maintes reprises son attachement à la satisfaction de cette demande largement exprimée par les différentes catégories de travailleurs de différents secteurs. Une question qui a, faut-il le rappeler, été abordée dernièrement avec le président de la République Abdelmadjid Tebboune qui a eu à rencontrer Salim Labatcha. «Nous avons proposé la révision de la loi relative au départ à la retraite après 30 ans de service et le président Tebboune a rassuré quant à un projet économique sérieux qui préservera les entreprises et postes d’emploi »avait indiqué le SG de l’UGTA à l’issue de cette rencontre. À se demander donc pourquoi, la question des métiers pénibles n’a pas été discutée avec le ministre de l’Industrie sachant que le moment est venu sérieusement afin de tirer les choses au clair après plusieurs années d’attente.

Ania Nait Chalal