onoup4

PLUSIEURS DIRECTEURS DES ŒUVRES UNIVERSITAIRES LIMOGÉS : Les raisons d’une purge

Dans un communiqué rendu public, l’Office national des œuvres universitaires (ONOU), a révélé les raisons qui sont à l’origine du vaste mouvement de limogeage ayant touché des responsables du secteur dont des directeurs d’œuvres et de résidences universitaires.

Dans son document, l’ONOU explique que la décision a été en effet prise suite à la non-application des instructions du ministère de l’Enseignement supérieur au niveau des différentes directions pour assurer le bon déroulement de la rentrée universitaire 2021/2022. Selon la même source, un état des lieux a été élaboré pour justement évaluer l’état d’application des mesures mises en place par le MERS afin d’assurer une bonne reprise pour les étudiants. Des défaillances et des manquements ont été constatés, à cet effet, au niveau de plusieurs wilayas, ce qui a entravé la réussite de la rentrée universitaire, précise l’Onou. La même instance a cité, entre autres, la non-application de la mesure du ministre quant à la fermeture des résidences universitaires vétustes ou l’on continue d’héberger les étudiants dans des conditions inappropriées. Aussi, l’ONOU a évoqué une mauvaise prise en charge des étudiants lors de la rentrée, un manque de coordination entre les différents responsables, et enfin l’absence de dialogue avec les partenaires sociaux. Il faut dire que la gestion des œuvres universitaires a toujours été catastrophique et cela dure depuis plusieurs années.
En dépit des budgets considérables consacrés à ce secteur par l’État, la prise en charge des étudiants fait défaut au niveau des résidences et cités universitaires. Que ce soit pour l’hébergement, la restauration, le transport, la gestion se fait en dehors du respect des lois et loin de la transparence et de l’équité. Ces limogeages bien qu’ils soient justifiables et pourraient même servir de leçons aux autres responsables, ne suffisent pourtant pas à redresser comme voulu ce créneau. Le MERS qui s’engage à assurer une nouvelle politique de ce qui est de la gestion des œuvres universitaires, notamment après plusieurs incidents provoquant des pertes en vie, doit sévir et montrer plus de fermeté à travers des contrôles intensifiés sur le terrain et l’application rigoureuse de sanctions contre les responsables récalcitrants.
Ania Nch