Station de dessalement d’eau de mer à Skikda

Plan d’urgence d’approvisionnement en eau potable à Alger : La station de dessalement d’eau de mer d’Aïn Benian en service depuis hier

La station de dessalement d’eau de mer d’Aïn Benian, située à l’ouest d’Alger, est opérationnelle, après sa mise en service, hier matin. D’une capacité de production de 10 000 mètres cubes (m3) par jour « m3/j), l’entrée en activité de cette station intervient dans le cadre «  du plan d’urgence » de la wilaya d’Alger, visant l’amélioration et l’approvisionnement en eau potable. Inaugurée par le ministre des Ressources en eau, Karim Hasni, hier matin, lors de sa sortie à Alger, étaient présents le wali d’Alger, Youcef Chorfa, et du directeur général de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL), Lyès Mihoubi. Cette station permettra, a fait savoir SEAAL dans un communiqué «  de renforcer l’alimentation en eau potable des communes d’Aïn Benian, Hammamet  et doter également l’ensemble de la chaîne côtière en amont (Zéralda, Mahelma, Staoueli, Ville Nouvelle de Sidi Abdellah et Souidania en partie) ». La mise en service de la station de dessalement d’ Ain Benian sera suivie, » prochainement » de celle implantée à Zeralda, d’une capacité aussi de 10 000 mètres cubes par jour, en vue « de renforcer l’alimentation » des communes, cite la même source, de Zéralda, Mahelma et Rahmania et celle de Palm Beach avec une capacité de 7 500 m3 pour les localités de Sidi Fredj, Palm Beach, Moretti et Bridja ». Autre projet en vue pour répondre aux besoins des citoyens en matière d’eau potable, « le lancement de la réalisation à court terme d’un programme d’urgence de trois stations de dessalement » dans les communes de Corso avec une capacité de 80 000 m3/j, Bordj El Kiffan, 10 000 m3/j et Marsa avec une capacité de 60 000 m3/jr, « avant la saison estivale 2022 », indique le communiqué. Il est aussi prévu, d’ici 2024, « de la réalisation de  deux grandes stations de dessalement d’eau de mer, à l’ouest et l’est d’Alger d’une capacité de production, de 300 000 m3/j». Avec ses acquisitions et réalisations de ces projets, SEAAL conclut que « le schéma d’alimentation en eau potable de la wilaya d’Alger s’inversera en étant dominé par le dessalement d’eau de mer » avant d’ajouter que «les eaux superficielles et souterraines seront orientées vers les wilayas limitrophes et l’agriculture » est-il précisé.
K.B.