DGSN

MORT D’UN JEUNE À TIARET APRÈS S’ÊTRE IMMOLÉ PAR LE FEU : Le DGSN explique les dessous de l’affaire

Cette affaire, qui s’est déroulée la semaine dernière dans la wilaya de Tiaret, a soulevé beaucoup d’interrogations. Et pour cause, elle a mis en scène un jeune homme âgé de 30 ans, mort dans des conditions dramatiques des suites de graves brûlures que la victime s’est elle-même fait provoquer. Une immolation par le feu ! Mais pourquoi donc ? Dans un communiqué diffusé, hier, sur sa page facebook, la direction générale de la Sûreté nationale explique les non-dits de cette affaire, comme pour tirer au clair un sujet sensible au risque de prendre une autre tournure.
Tout a commencé en effet mardi du 18 août écoulé, lorsque les éléments de la sûreté de daïra de Aïn-Deheb (commune sise à près de 40 km du chef-lieu de wilaya de Tiaret), sur instruction judiciaire, se sont déplacés sur les lieux pour appréhender un individu qui était frappé d’un mandat d’arrêt. Ce jeune âgé de 30 ans est impliqué dans un dossier suivant plusieurs chefs d’inculpation. À savoir, explique la DGSN, « constitution d’association de malfaiteurs dans le but de commettre un crime contre des personnes et destruction de biens d’autrui, coups et blessures par une arme et violation de domicile par effraction ».
Se sachant sous le coup de poursuites policières, le mis en cause, qui était dans un « état hystérique » selon la même source, se mettait « à insulter » les agents de la DGSN à travers la fenêtre de sa chambre, tout « en  menaçant » de s’immoler par le feu. Devant une telle situation complexe qui recommande vigilance dans l’intervention, les agents de police ont tenté de ramener le jeune à la raison et le convaincre de renoncer à cet acte qui mettrait sa vie en danger, voire mourir s’il passerait passé à l’action. Mais, peine perdue, puisque le jeune en question a mis fin à ses jours après s’être aspergé d’essence suivi d’une immolation par le feu. Se retrouvant dans un état très critique, il a été immédiatement évacué à la polyclinique d’Ain- Deheb, selon la DGSN. Mis sous surveillance médicale, il a été par la suite transféré à l’EHU d’Oran, où il a succombé à ses graves blessures.
F. G.