MONTAGE AUTOMOBILE : Le gouvernement fixe les quotas d’importation des kits CKD/SKD

Le ministère de l’Industrie vient de fixer, d’une façon unilatérale, les quotas d’importation des kits CKD/SKD, destinés aux usines de montage automobile en Algérie, selon une source proche du dossier.

Le ministère a informé les constructeurs des quotas de chacun en kits SKD/CKD sans aucune consultation au préalable, ni délai, ne soient établis. Aussi, selon la même source, cette mesure risque de mettre en chômage technique de nombreux travailleurs des usines de montage qui ont déjà consommé leurs quotas de kits CKD/SKD. Par ailleurs, cette source rappelle que l’importation de quotas CKD/SKD aux usines de montage de véhicules risque également de faire flamber les prix des véhicules neufs et : « remet en cause l’objectif tracé par le précédent gouvernement d’atteindre une production de 400 000 véhicules par an à partir de 2021», a-t-on noté.
À rappeler également que le marché des véhicules neufs connaît depuis quelques mois une situation marquée par une stagnation en raison de la cherté des véhicules. Cette situation a poussé le gouvernement à examiner la possibilité de lever l’interdiction d’importer des véhicules de moins de trois ans. Ainsi le gouvernement a pris des décisions importantes visant à réduire la facture annuelle d’importation des kits CKD/SKD destinés au montage des voitures touristiques et des kits destinés à la fabrication des produits électroménagers, électroniques avec le respect strict des cahiers de charges. Faut-il encore le savoir, la facture d’importation des collections CKD, destinées à l’industrie de montage des véhicules de tourisme, s’est établie à 2, 38 milliards de dollars sur les dix premiers mois de 2018. Ainsi ces importations ont augmenté de 1,11 milliard de dollars sur les 10 premiers mois de 2018, soit une hausse de 87, 4%. Quant aux importations des véhicules de transport de personnes et de marchandises et de collections CKD de cette catégorie de véhicules, elles ont également augmenté pour s’établir à 518, 62 millions de dollars sur les dix premiers mois de 2018.
Mehdi Isikioune