Madjer

Madjer désigné ambassadeur de la Coupe du monde 2022

L’ancien joueur vedette de l’équipe nationale de football, Rabah Madjer, a été désigné ambassadeur de la Coupe du monde 2022 au Qatar (21 novembre – 18 décembre), a-t-il annoncé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. « Je suis très heureux d’être nommé ambassadeur pour cette Coupe du monde 2022. J’espère être à la hauteur de cette mission qui nous attend. Il s’agit d’un Mondial très attendu pour la première fois dans un pays arabe. J’espère que ce sera une grande réussite. Je souhaite bonne chance à toutes les équipes qui vont y participer « , a-t-il déclaré. Outre Madjer, les organisateurs ont désigné d’autres ambassadeurs pour promouvoir cet événement planétaire, à l’image de l’ancien international saoudien Naouaf Al-Temiat, l’ancien portier omanais Ali Al-Habssi, ou encore l’Égyptien, Mohamed Aboutrika.

L’UNICEF manque de financements pour répondre aux besoins de 9,9 millions de personnes en Ethiopie
Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a révélé lundi qu’il n’avait reçu que 22% des 351 millions de dollars nécessaires pour répondre aux besoins de 9,9 millions de personnes en Ethiopie.
Dans un rapport sur la situation humanitaire publié par cette agence de l’ONU, elle indique avoir besoin de ces fonds pour répondre aux besoins de 9,9 millions de personnes impactées par les situations de sécheresse dans quatre régions d’Ethiopie. Cet appel à fonds de l’UNICEF en faveur de l’Ethiopie comprend également les fonds nécessaires pour venir en aide à 4,45 millions d’enfants dans ce pays.
L’UNICEF a pour mission de fournir des aides d’importance vitale ainsi que des services de santé, de nutrition, d’éducation et sanitaires aux personnes dans le besoin. Le communiqué de l’UNICEF indique également que près de 650.000 enfants sont déscolarisés dans les régions d’Oromia, du Sud et de Somali à cause de la sécheresse. Selon ce communiqué, la sécheresse a contraint à la fermeture de quelque 2.000 écoles en Ethiopie. « Plus de quatre millions de personnes dans 214 points chauds des régions affectées par la sécheresse ont un besoin d’eau urgent », révèle le communiqué de l’UNICEF.
La région de la Corne de l’Afrique, comprenant l’Ethiopie, est confrontée à sa pire sécheresse liée au climat depuis 40 ans.

Grippe aviaire : 16 millions de volailles abattues en France depuis novembre
Depuis le début de l’épizootie de grippe aviaire en novembre, 16 millions de volailles ont été abattues en France, un nombre d’abattages record sur le territoire, a indiqué lundi le ministère de l’Agriculture. « Le pic épidémique a été passé à la fin du mois de mars et l’épizootie décélère », a cependant relevé le ministère. Depuis le premier cas recensé dans le nord de la France fin novembre, 1 364 élevages ont été contaminés par le virus, dont 857 foyers recensés en Vendée (ouest de la France) et dans les départements limitrophes, où les autorités vident les élevages via des abattages massifs d’animaux malades mais aussi sains, de façon préventive. L’an dernier, près de 500 foyers avaient été recensés dans des élevages et 3,5 millions d’animaux, essentiellement des canards, abattus dans le pays.

Europe : l’obésité tue 1,2 million de personnes par an
Une « épidémie » de surpoids et d’obésité, responsable de plus de 1,2 million de décès par an, fait rage en Europe, s’inquiète mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un nouveau rapport. « Les taux de surcharge pondérale et d’obésité ont atteint des proportions épidémiques dans toute la région et continuent de progresser », a déploré dans un communiqué la branche européenne de l’organisation qui regroupe 53 Etats. En Europe, près d’un quart des adultes sont désormais obèses, rendant la prévalence de l’obésité plus élevée que dans toute autre région, à l’exception des Amériques, selon l’OMS. Aucun pays de la région ne peut actuellement prétendre stopper la progression et l’ampleur du problème s’est révélée avec force lors de la pandémie de Covid-19 où le surpoids était un facteur de risque. « L’augmentation de l’indice de masse corporelle est un facteur de risque majeur de maladies non transmissibles, notamment les cancers et les maladies cardiovasculaires », a souligné le directeur de l’OMS Europe, Hans Kluge, cité dans le rapport. Le surpoids et l’obésité seraient ainsi à l’origine de plus de 1,2 million de décès par an, représentant plus de 13% des morts dans la région, selon l’étude. L’obésité est la cause d’au moins 13 types de cancer différents et susceptible d’être directement responsable d’au moins 200 000 nouveaux cas de cancer par an, selon l’OMS. « Ce chiffre devrait encore augmenter dans les années à venir », a prévenu l’organisation. Les dernières données complètes disponibles, qui remontent à 2016, montrent que 59% des adultes et près d’un enfant sur trois (29% des garçons et 27 % des filles) sont en surpoids sur le Vieux continent. En 1975, à peine 40% des adultes européens étaient en surpoids. La prévalence de l’obésité chez les adultes s’est envolée de 138% depuis cette date, avec une progression de 21% entre 2006 et 2016. D’après l’OMS, la pandémie de Covid-19 a permis de prendre la mesure de l’impact de l’épidémie de surpoids dans la région. Les restrictions (fermeture des écoles, confinement) ont parallèlement « entraîné une augmentation de l’exposition à certains facteurs de risque qui influencent la probabilité qu’une personne souffre d’obésité ou de surpoids », a souligné M. Kluge. La pandémie est à l’origine de changements néfastes dans les habitudes alimentaires et sportives dont les effets, durables, doivent être inversés, a plaidé l’OMS. « Les interventions politiques qui ciblent les déterminants environnementaux et commerciaux d’une mauvaise alimentation (…) sont susceptibles d’être les plus efficaces pour inverser l’épidémie », a-t-elle estimé. Il convient également selon elle de taxer les boissons sucrées, subventionner les aliments bons pour la santé, limiter la commercialisation d’aliments malsains auprès des enfants et plébisciter les efforts pour encourager l’activité physique tout au long de la vie.

Le dollar au plus haut depuis près de 20 ans
Le dollar confortait son règne lundi, approchant son plus haut niveau depuis presque 20 ans face aux principales monnaies, dopé par les attentes d’un relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) mercredi. Le Dollar Index, qui compare la devise américaine à un panier d’autres devises, grimpait de 0,72% à 103,70 points, proche de son sommet de décembre 2002 touché jeudi à 103,93 points. Le billet vert était porté par la tension des taux obligataires, avec le rendement sur les bons du Trésor américain à 10 ans atteignant le seuil de 3% pour la première fois depuis 2018 à la mi-séance à New York. « Les rendements à 10 ans à 3%, il fallait s’y attendre depuis longtemps », prévenait Mazen Issa de TD Securities. « Nous étions habitués à un monde aux taux d’intérêt très bas mais nous sommes face à un nouveau paradigme de l’inflation et il faut nous réaclimater à ce à quoi ressemble un monde avec des taux plus élevés », soulignait l’analyste. Il pointait du doigt aussi la forte volatilité du marché des actions « qui vit aussi un cycle de transition avec la perspective de taux plus élevés ». « Fini l’argent gratuit! », résumait-il. La Banque centrale américaine (Fed) se réunit mardi et mercredi et les marchés attendent de nouveaux signaux sur le rythme du resserrement monétaire.99% des investisseurs prévoient une hausse des taux directeurs de 50 points de base pour les fixer à entre 0,75% et 1%, le premier tour de vis de cette ampleur depuis plus de 20 ans. Les investisseurs anticipent que ces taux au jour le jour, qui conditionnent tous les autres crédits, monteront à 3% d’ici 2023 dans un effort pour dompter l’inflation.

14 décès et 605 blessés sur les routes en 72 heures
Quatorze (14) personnes ont trouvé la mort et 605 autres ont été blessées dans des accidents de la route survenus durant les dernières 72 heures à travers le territoire national, indique, mardi, un bilan de la Protection civile. Durant la journée du 2 mai, premier jour de l’Aïd, quatre (04) personnes ont péri et 281 autres ont été blessées sur les routes, dont trois (03) décédés et huit (08) blessés dans un accident enregistré dans la wilaya de Bouira, précise la même source. S’agissant du bilan des accidents de la route durant le mois de Ramadhan, la Protection civile fait état de 153 décès et 4537 blessés. Les secours sont également intervenus, durant la même période, dans plusieurs wilayas pour prodiguer des soins de première urgence à 20 personnes incommodées par le monoxyde de carbone (CO) émanant des appareils de chauffage et chauffe-bains à l’intérieur de leurs domiciles. Il est, toutefois, à déplorer le décès d’une fillette de 2 ans, asphyxiée par le gaz de ville à l’intérieur du domicile familial, sis dans la cité des 132 logements, commune et daïra de Chlef, ajoute-t-on. Les unités de la Protection civile ont également procédé à l’extinction de six (06) incendies urbains et divers dans les wilayas de M’Sila, Boumerdés, Mila, Bordj Bou Arréridj, Constantine et Ouargla, selon le même bilan.