12.9 C
Alger
8 décembre 2023
lecourrier-dalgerie.com
RÉGIONS

Les bassins d’irrigation : Une alternative fiable aux déficits pluviométriques à Guelma

La wilaya de Guelma mise de plus en plus, ces dernières années, sur la réalisation de bassins d’irrigation, considérés comme un moyen efficace pour lutter contre le manque d’eau dû au déficit pluviométrique.
Cette tendance à la mise en place de bassins d’irrigation intervient après l’aggravation du stress hydrique, associé aux changements climatiques qui ont provoqué, dans cette wilaya, l’assèchement des cours d’eau et la baisse du niveau du barrage de Bohamdane (Hammam Debbagh), ce qui a privé, ces trois dernières années, le périmètre agricole de la moyenne annuelle de 20 millions de m3/an qui l’irriguaient. Une situation qui a entraîné une baisse significative des différentes productions agricoles, notamment celles des céréales, de la tomate industrielle et de certains autres légumes. Le directeur de wilaya des services agricoles (DSA), Rachid Rehamnia, a souligné que cet état de fait, de par ses répercussions négatives sur le secteur agricole, a incité les professionnels du travail de la terre à réfléchir aux meilleurs moyens pour stocker l’eau de pluie et exploiter les eaux souterraines à travers la réalisation de bassins d’irrigation agricole et autres ouvrages d’emmagasinage de ressources hydriques, tout en remplaçant les systèmes d’irrigation traditionnels par des moyens plus efficients. Le même responsable, relevant que la wilaya compte actuellement plus de 30 bassins d’irrigation agricole répartis dans différentes communes, notamment Bouati-Mahmoud, Nechmaya, Belkheir, Tamlouka et Ain Ben Beïda, a précisé que les capacités de ces bassins sont « importantes » mais varient d’une structure à l’autre, ce qui fait, a-t-il expliqué, qu’il existe des bassins relativement petits, d’une capacité allant jusqu’à 5.000 m3, et d’autres plus grands, pouvant stocker jusqu’à 70.000 m3. Rehamnia a également indiqué que la demande de réalisation de bassins d’irrigation en géomembrane (membrane d’étanchéité artificielle comprenant des membranes bitumineuses épaisses), et de fonçage de puits profonds connaît une dynamique accélérée, boostée par les mesures prises par les pouvoirs publics dans le cadre de l’accompagnement des agriculteurs pour les aider à faire face au phénomène du stress hydrique. Il a également affirmé que 2024 sera « l’année, par excellence, de l’expansion de l’utilisation des bassins d’irrigation ». Le DSA a déclaré, dans ce contexte, que la structure qu’il dirige effectue, de concert avec la direction des ressources en eau et divers organes administratifs liés au dossier de l’irrigation agricole, un « grand travail » d’information et de sensibilisation auprès des propriétaires fonciers agricoles afin de les familiariser avec les facilités mises en place des moyens de pompage et de stockage d’eau en acquérant des « équipements d’irrigation avancés ». Il a souligné, à ce propos, que les services agricoles ont dénombré plus de 10 nouvelles demandes pour la mise en place de bassins d’irrigation en géomembrane « dans des exploitations agricoles-pilotes ou même dans des exploitations privées ». Selon le même responsable, la mise en place de bassins d’irrigation et l’intérêt grandissant qu’ils suscitent seront un facteur important du développement du secteur agricole dans la wilaya et mettront cette région « à l’écart des répercussions du changement climatique, en assurant des quantités importantes d’eau à travers toutes les étapes du parcours technique des différentes filières agricoles, ainsi que pour fournir de l’eau au bétail et aux volailles ».

Accompagner et soutenir les agriculteurs pour la mise en place de bassins d’irrigation
Pour sa part, la responsable du service de l’organisation de la production et de l’appui technique (SOPAT), Khadra Hami, a insisté, dans une déclaration à l’APS, sur le fait que la wilaya a fourni de nombreuses facilités aux agriculteurs pour les soutenir financièrement et techniquement. Mme Hami a évoqué, à ce sujet, le fonçage de puits profonds et la réalisation de bassins en géomembrane, ainsi que l’acquisition d’équipements d’irrigation par « goutte-à-goutte » et par aspersion, soulignant que les trois dernières années ont vu « une augmentation significative de la demande des agriculteurs pour bénéficier de ces formules ». Selon la même responsable, la wilaya apporte un « soutien important » à ceux qui souhaitent réaliser des structures de stockage d’eau destinées à l’irrigation agricole, expliquant que le soutien financier est de  » 50 % du coût total du bassin d’irrigation en béton, armé doté d’une capacité de plus de 100 m3, et de 80 % du coût d’un bassin en géomembrane pouvant stocker entre 1.500 et 15.000 m3″.
Brahim Bousseta, directeur de la ferme pilote « Richi Abdelmajid » d’une superficie de 1014 hectares dans la commune de Belkheir, soutient que grâce à l’accompagnement des services agricoles de la wilaya, plusieurs investissements ont été réalisés entre les années 2019 et 2023, dont l’achèvement et la mise en service de deux grands bassins pour le stockage de l’eau d’irrigation agricole, l’un d’une capacité de 20 mille mètres cubes et l’autre de plus de 50 mille mètres cubes. Ce cadre a ajouté que deux puits profonds destinés à l’exploitation agricole ont également été achevés et équipés, l’un d’une profondeur de 200 mètres linéaires et le second de 180 mètres linéaires, des investissements réalisé dans le but d’assurer l’approvisionnement de la ferme en eau destinée à l’irrigation pendant les périodes de l’année.

Related posts

Musique : Récital andalou de Zakia Kara Terki et Hania Bekhti

courrier

Réhabilitation de trois structures sanitaires à Mostaganem : Les travaux «avancent bien»

courrier

Aïn Témouchent : lancement de neuf opérations pour le renforcement des réseaux

courrier

In Salah : Des sachets en plastique recyclés pour leur décoration

courrier

Aïn Témouchent : ouverture d’un marché de proximité

courrier

« Digue Ahbas » d’El-Atteuf : réhabilitation de l’ouvrage hydraulique ancestral

courrier