Super League africaine

L’épreuve devrait être lancée la saison prochaine : L’Algérie représentée avec un seul club dans la nouvelle Super League africaine

Alors qu’elle a subi un cinglant échec en Europe, l’idée de créer une Super League semble avoir pris son chemin en Afrique. On laisse même entendre que la CAF devrait entériner l’acte de naissance de cette compétition le 16 juillet en cours, en marge de la finale de la Ligue des champions africaine prévue à Casablanca.
Gianni Infantino, le patron de la FIFA, n’a jamais caché son rêve de créer une ligue africaine fermée, avec les plus gros clubs continentaux. Une idée relancée par le nouveau patron de la CAF, Patrice Motsepe, il y a quelques jours et qui pourrait bientôt se concrétiser.
Le Sud-africain, lorsqu’il a été propulsé à la tête de la Confédération africaine de football (CAF) grâce en partie à un ‘’coup de pouce’’ d’Infantino, ce dernier avait mis dans la balance son projet de ligue fermée.
Et les discussions ont débuté. Si bien qu’une décision devrait être prise le 16 juillet à Casablanca, lors de la réunion du Comité exécutif de la CAF, en marge de la finale de la Champions League entre Al Ahly et Kaizer Chiefs. Patrice Motsepe a décidé d’accélérer la création de la ligue fermée, qu’il verrait bien se lancer la saison prochaine. Selon certains rapports de la presse spécialisée, Motsepe a obtenu, pour cette réunion, l’aval de… Gianni Infantino.
Une Super League africaine qui doit permettre à la CAF d’attirer des investisseurs. Malgré l’échec d’un projet similaire en Europe — plusieurs clubs avaient entamé un bras de fer avec l’UEFA qui a finalement tourné à l’avantage de l’institution —, Motsepe compte bien imposer son idée qui, selon lui, rapportera beaucoup à la CAF. Et évidemment aux clubs concernés.
Les plus gros clubs africains sont donc sur les starting-blocks. Loin des considérations européennes, tous aimeraient participer à cette très lucrative ligue fermée. D’autant que la plupart des membres du Comité exécutif de la CAF semblent partants à l’idée de voter en faveur de cette dernière. Outre la formalité du vote, il reste donc à déterminer qui seront les vingt clubs concernés.
Parmi eux, on sait d’ores et déjà que le Mamelodi Sundowns FC devrait obtenir son ticket pour y participer. Il faut dire qu’il est difficile d’imaginer une telle compétition sans le club de Patrice Motsepe… Et les 19 autres clubs ? Les Chiefs et les Pirates devraient être les deux autres représentants sud-africains.
En tout, 13 pays devraient être concernés, mais quatre d’entre eux seront mieux lotis que les autres : le Maroc, l’Égypte, l’Afrique du Sud et la Tunisie, qui auraient chacun le droit à la présence de trois clubs dans la ligue fermée. L’Algérie devrait ainsi être représentée par un seul club, bien que sa sélection soit la détentrice du dernier trophée africain. Si le choix des clubs dépendra des résultats à l’échelle continentale ces dernières années, on peut s’attendre à quelques exceptions. Le Mamelodi Sundowns FC, n’a, par exemple, remporté qu’une Ligue des Champions. Quant à la Renaissance sportive de Berkane, le club cher au président de la fédération marocaine et vice-président de la CAF, Faouzi Lekjaâ, elle n’a remporté qu’une Coupe de la Confédération. Les passes droits ont donc de beaux jours devant elles en Afrique.
Hakim S.