9.9 C
Alger
21 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

LE SNAPO SALUE LA DéCISION DE RÉGULARISATION DES DOSSIERS D’IMPORTATION : « Mettra fin à une pénurie de près de 230 médicaments »

Les opérateurs pharmaceutiques ayant obtenu des autorisations provisoires pour la réalisation de leurs programmes d’importation et d’exploitation d’établissement se sont présentés, hier, au siège du ministère de la santé, à El-Madania (Alger), afin de régulariser leurs dossiers. Cette démarche initiée par la tutelle ministérielle a été saluée par les professionnels du secteur. C’est le cas d’ailleurs du SNAPO (Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines), contacté, hier, par nos soins à ce sujet. Son vice-président Chabounia Mourad a indiqué que le SNAPO encourage et salue ce genre de démarche qui va surtout aider à diminuer la pénurie des produits pharmaceutique sur le marché. « Invitant les professionnels à régulariser leur dossiers est un véritable encouragement » dit-t-il, signalant le retard enregistré d’habitude dans le suivi du programme surtout, expliqua-t-il, « pour obtenir les autorisations ». « D’habitude c’est au mois d’octobre et novembre qu’on établit le programme des produits à importer, donc il fallait attendre jusqu’au mois de mars et avril de l’année suivante pour concrétiser l’importation », s’exprime-t-il mécontent de ce retard qui a causé beaucoup de problèmes dans le secteur et sur le marché.
Le vice-président du même syndicat espère en ce sens « que l’importation ne soit pas interrompue, notamment précise-t-il pour les produits qui sont sous tension ou bien en rupture ». À ce propos notre interlocuteur a rappelé que le SNAPO avait établi une liste des médicaments en rupture, dont le nombre est à peu près 230 produits, et dont beaucoup sont destinés aux maladies chroniques. Citant parmi d’autres médicaments en pénurie l’exemple du Lévothyrox pour le traitement de la thyroïde. Selon Dr Chabounia, «la démarche de la tutelle permettra d’anticiper sur le programme d’importation », expliquant au passage la procédure habituelle pour passer une commande auprès des laboratoires étrangers qui demandent toujours aux importateurs de donner leurs programmes d’importation chiffré et avec les quantités y afférentes. Avant de conclure, Dr Chabounia souhaite en finir avec ce problème de pénurie des médicaments sur le marché et cela avant la nouvelle année. « Nous espérons aussi, en tant que syndicat qui représente les professionnels du secteur, que la tutelle arrivera à régler ce problème surtout avec l’entrée effective de l’Agence nationale des produits pharmaceutique (ANPP), qui se charge de tout ce qui concerne le médicament, autrement dit, l’importation, les autorisations, la mise sur le marché, la régularisation… ». Dans ce sillage, le même responsable a appelé le ministre de la Santé à relancer l’ANPP et la doter d’un siège et d’un budget, afin qu’elle puisse jouer son rôle pleinement loin de toute « considération et de toute polémique ». Pour rappel, au début de ce mois le SNAPO a adressé une lettre ouverte au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à propos de cette Agence, en demandant qu’elle soit confiée au ministère de la Santé et non au ministère de l’Industrie pharmaceutique. « Mettre une Agence sanitaire sous tutelle d’un secteur industriel entraînera inévitablement des situations de conflit d’intérêt. Une Agence sanitaire doit disposer d’une autonomie de décision sur le plan technique. Cette autonomie ne peut se concrétiser que par son placement sous la tutelle du secteur de la santé », écrit le SNAPO dans sa lettre.
S. Oubraham

Related posts

Il avait préféré choisir le mode de vote au bureau de l’APN : Ould Abbès se fait piéger

courrier

LE PRÉSIDENT TEBBOUNE DANS UN ENTRETIEN AU NEW YORK TIMES : « L’Algérie est désormais libre et démocratique »

courrier

Relance économique : l’UGTA insiste sur la production nationale

courrier

Gares routière et ferroviaire d’Alger : la sécurité renforcée pour l’Aïd-el-Fitr

courrier

L’AVEU DE JOE BIDEN : Le camp américano-sioniste isolé dans le monde

Redaction

BUDGET 2019 : Raouya reconnaît une «situation économique difficile»

courrier