Tebboune

Le Président Tebboune visite le musée national de Naples

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a visité, vendredi, le musée national « Capodimonte » de Naples dans le cadre du 3e et dernier jour de la visite
d’Etat qu’il effectue en Italie, à l’invitation de son homologue italien, Sergio Mattarella. Le Président Tebboune a visité le musée national en compagnie du Président Mattarella, du Maire de Naples et du directeur du musée. Le musée national de Naples, situé à l’intérieur du Palais Capodimonte, est l’un des musées les plus célèbres au monde. Il a été inauguré officiellement en 1957, bien que ses galeries contenaient des œuvres artistiques depuis début 1758. Ce prestigieux musée, qui contient des expositions d’art antique, d’art contemporain et une salle consacrée à l’histoire, offre également aux visiteurs plusieurs toiles de grands noms de la peinture italienne et internationale. La galerie napolitaine du musée abrite des œuvres de l’église de la ville, transférées au musée pour les sauvegarder. Le chef de l’Etat était arrivé en train à la Gare centrale de Naples (Sud du pays), avant de se rendre, par la suite, à la Résidence présidentielle italienne Villa Rosebery où il a été reçu par son homologue italien qui a effectué avec lui le voyage depuis Rome. Au balcon de la Villa Rosebery, avec vue sur le front de mer où est accosté le prestigieux navire Amerigo-Vespucci, le chef de l’Etat a assisté à une salve de 21 coups de canon tirée en son honneur. Un déjeuner a été offert par le Président Mattarella à la Villa Rosebery en l’honneur du président de la République et de la délégation l’accompagnant. Sur son trajet vers la Villa Rosebery, le cortège présidentiel a été salué par les Napolitains.

Oran : une bande de trafiquants de drogue neutralisée
Les services de police d’Oran ont mis hors d’état de nuire une bande de trois individus versés dans la commercialisation de drogue et saisi sept plaquettes de kif traité et une quantité de 1.000 comprimés de psychotropes , a-t-on appris vendredi auprès de la direction de la sûreté de wilaya. Cette opération a été menée suite à des informations faisant état de l’utilisation du logement d’un membre de cette bande pour commercialiser la drogue dans les milieux des jeunes. Après une surveillance continue du suspect et l’accomplissement de toutes les procédures légales, les policiers sont parvenus à arrêter les trois membres du réseau et saisir sept plaquettes de kif d’un poids total de 762 grammes et 1.082 comprimés de psychotropes ainsi qu’une somme de 71.000 DA représentant les revenus de ce commerce illicite et un véhicule utilisé dans le transport de cette marchandise. Les mis en cause seront présentés devant la justice pour constitution d’une bande criminelle organisée et détention, transport et commercialisation de drogue et de psychotropes, selon la même source.

Accidents de la circulation : 20 morts et 419 blessés en 48 heures
Vingt (20) personnes sont décédées et 419 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus à travers plusieurs wilayas du pays durant ces dernières 48 heures, a indiqué, hier, un communiqué de la Protection civile. La direction générale de la Protection civile (DGPC), a rappelé, à ce propos, aux conducteurs et les usagers de la route au respect strict du code de la route et avoir le sens de responsabilité pendant la conduite pour éviter les pertes humaines et matériels qui surviennent, souligne le même communiqué.

Un réseau criminel de faux-monnayeurs tombe à Ghardaïa
Un réseau criminel de faux-monnayeurs composé de trois (3) individus a été démantelé récemment par la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale (GN) à Ghardaïa et une somme de 522.000 DA de faux billets de 2.000 DA et 1.000 DA a été saisie, rapporte un communiqué de cette institution sécuritaire remis samedi à l’APS. Agissant sur la base d’informations faisant état d’un réseau de faux-monnayeurs activant dans la région de Ghardaïa, les recherches et investigations menées par les éléments de la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale ont donné lieu à l’arrestation de trois (3) présumés faussaires dont un de nationalité sub-saharienne et la saisie de 522.000 DA en coupures de 2.000 et 1.000 DA que les faussaires tentaient d’écouler sur le marché, précise le communiqué.
Les services de la brigade de recherche de la Gendarmerie nationale ont également saisi du matériel informatique et scanner utilisé pour leur forfait, ainsi que 226 puces électroniques pour téléphone portable vierges non utilisées, et des coupures de papiers, ajoute la source. Les enquêtes menées par la Gendarmerie nationale font également état de l’implication présumée de trois (3) autres individus en délit de fuite et activement recherchés, souligne le communiqué. Poursuivis pour « constitution d’une association de malfaiteurs et falsification de billets de banque de la monnaie nationale, atteinte à l’économie nationale, escroquerie falsification et faux usage de faux », les trois membres de ces faussaires ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent afin d’identifier d’autres complices et les ramifications éventuelles de cette activité criminelle, conclut la même source.

La Grèce dit avoir stoppé 40 000 migrants à Evros depuis janvier
La Grèce a annoncé samedi avoir empêché depuis le début de l’année quelque 40.000 migrants d’entrer en Grèce illégalement depuis la Turquie, par la frontière d’Evros dans le nord-est du pays. « Dans les quatre premiers mois de 2022, environ 40.000 migrants ont tenté d’entrer illégalement dans le pays et ont pu en être empêchés par la police des frontières », a déclaré le ministre de la Protection civile Takis Theodorikakos sur la chaîne de télévision Skai. Le nombre de tentatives est élevé actuellement car le niveau du fleuve Evros, qui marque la frontière entre la Grèce et la Turquie, est particulièrement bas. La Grèce avait également annoncé lundi avoir empêché une tentative de traversée de la mer Egée vers la Grèce à partir de la Turquie d’environ 600 personnes, la tentative la plus importante enregistrée cette année. Les neuf bateaux avaient été repérés dès leur départ, et les garde-côtes grecs ont utilisé « des signaux visuels et sonores » pour les empêcher de passer dans les eaux grecques, selon Athènes. Certains ont fait demi-tour, et d’autres ont été interceptés par les garde-côtes turcs. Selon une source du ministère des Migrations, le flot de migrants pour les quatre premiers mois de l’année est près de 30% plus élevé que pour la même période de l’an dernier. Et plus de 3.000 demandeurs d’asile sont arrivés en Grèce cette année, dont 1.100 le mois dernier, selon la même source.

Variole du singe : Moscou accuse les États-Unis
Le commandant des forces de protection radiologique, chimique et biologique des forces armées russes, Igor Kirillov, a annoncé que le virus de la variole du singe (monkeypox) provenait du Nigeria, où opèrent au moins 4 laboratoires biologiques américains. Déclarant lors d’un point de presse: « que « selon le rapport de l’OMS, l’épidémie de la souche ouest-africaine de monkeypox a commencé à partir du Nigeria », le responsable russe a indiqué que ce pays africain « est un autre pays dans lequel les États-Unis ont déployé leur infrastructure biologique » précisant que Selon les informations disponibles, » il y a au moins 4 laboratoires biologiques contrôlés par Washington au Nigeria ».Il a souligné que « c’est une étrange coïncidence qui nécessite une vérification par des spécialistes ».Il a ajouté que « selon les médias européens et américains, dans les documents de la Conférence de Munich sur la sécurité 2021, c’est-à-dire dans le contexte de la pandémie Covid-19, un scénario a été élaboré pour faire face à une épidémie causée par une nouvelle souche du virus de la variole du singe. » A noter que le ministère russe de la Défense a annoncé qu’il disposait d’informations sur 10 projets américains en cours en Ukraine pour répandre des maladies, assurant qu’il y a un lien certain entre des laboratoires biologiques ukrainiens et le Pentagone pour le contrôle mondial de la propagation des maladies infectieuses.