Peter Maurer

LE PRÉSIDENT DU CICR, PETER MAURER : «Un libyen sur quatre est touché par la violence»

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a réitéré, hier, l’attachement de son organisation à faire face aux conséquences humanitaires de la crise en Libye, saluant les efforts de l’Algérie pour le règlement du conflit sur la base du dialogue inter-libyen.

Le responsable du CICR a réitéré, hier, « l’engagement (du CICR : NDLR) à jouer le rôle d’intermédiaire neutre entre les forces armées des deux côtés, l’armée libyenne (GNA) et l’armée nationale de Libye (LNA) pour faire face aux conséquences humanitaires de la situation actuelle », a déclaré M. Maurer, dans un entretien à l’APS, au terme d’une visite achevée vendredi en Libye.
M. Maurer a, à la même occasion, salué les efforts de l’Algérie pour une solution pacifique de la crise libyenne ainsi que son action sur le plan humanitaire envers les populations libyennes. « Tout effort visant à alléger les souffrances engendrées par cette crise doit être salué. Ainsi l’action de la diplomatie algérienne et les efforts qu’elle entreprend pour un règlement du conflit basé sur le dialogue inclusif est une initiative importante », a affirmé le président du CICR. Mettant en exergue l’importance de la réinstauration de la sécurité en Libye, M. Maurer a notamment indiqué qu’ »aujourd’hui je suis profondément préoccupé pour la sécurité et le bien-être des civils et de ceux qui ne participent plus aux combats en cours. Ma visite avait pour objectif de renforcer le dialogue avec toutes les parties en présence et d’appeler au respect des principes fondamentaux du droit international humanitaire. Cela veut dire veiller à ce que les civils soient épargnés des effets des hostilités en cours et qu’ils ne soient pas pris pour cible ».
« La confiance que les deux parties (GNA et LNA) ont manifestée jusqu’à présent envers le CICR est rassurante et nous voulons qu’elle perdure », s’est félicité le responsable du CICR. Soulignant que la guerre en Libye « attaque les civils sur tous les fronts », M. Maurer a ajouté que sous les coups de cette situation les quartiers sont bombardés, leurs hôpitaux et les écoles sont détruits, alors que l’économie s’effondre autour des populations au moment où, a-t-il dit, la vie quotidienne est marquée par la peur et l’incertitude ». « Un libyen sur quatre est touché par la violence. Des centaines de milliers de personnes ont été forcées de fuir leur maison. Les familles ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Les services publics et les infrastructures se détériorent s’ils ne sont pas détruits.
Le système de santé libyen est en proie à un déclin constant et de trop nombreux hôpitaux et cliniques ont été endommagés lors des combats. Le cessez-le-feu, récemment conclu, ne parvient pas à s’imposer, bien que les pourparlers continuent afin de le rendre efficace », a résumé le président du CICR.
R.I. /APS