fekhar2

LE MILITANT KAMEL EDDINE FEKHAR INHUMÉ HIER À EL ALIA (ALGER) : Foule nombreuse à l’enterrement de l’enfant de la Vallée du M’Zab

Le militant politique et des droits de l’Homme, Dr Kamel Eddine Fekhar, a été inhumé, hier, au carré des ibadites du cimetière d’El Alia, à Alger. Une foule nombreuse, constituée des membres de la famille du défunt, citoyens et personnalités nationales, a accompagné l’enfant de la vallée du M’Zab à sa dernière demeure.

Décédé mardi dernier à l’hôpital de Blida après avoir été évacué, dans un état critique, de la prison où il était en détention préventive à Ghardaïa, Kamel Eddine Fekhar a rendu l’âme au bout de plusieurs jours de grève de la faim. Les circonstances de son décès ont interpellé la conscience de tous les Algériens et de l’opinion publique en général. Vendredi, lors de la 15e marche populaire et citoyenne à Alger, un hommage a été rendu au défunt. Chacun à sa façon, minute de silence, récitation de la Fatiha, port de pancartes et banderoles, et même le port de chéchias blanches propres aux traditions vestimentaires des Mozabites.
Les manifestants ont dénoncé le fait qu’il soit décédé dans des conditions qualifiées de «honteuses». Ils ont imputé la responsabilité de sa mort aux responsables qui l’ont incarcéré dans la prison.
L’avocat de ce martyr de la liberté et de la démocratie, Salah Dabouz, qui a condamné la décision de la justice, a accusé le procureur général de Ghardaïa, Mohamed Ben Salem, le wali Azeddine Mecheri, ainsi que le directeur de l’hôpital de Ghardaïa. Lors de son intervention, hier, au cimetière d’El Alia, maitre Dabouz a indiqué que « la liquidation de Kamel- Eddine Fekhar a été organisée. Puisque rien ne va plus au plus haut sommet du pouvoir, le procureur de Ghardaïa Mohamed Ben Salem pensait qu’il peut faire tout ce qu’il veut à son niveau. C’est lui le premier responsable de sa mort. Il doit assumer entièrement sa responsabilité. C’est lui qui a procédé à son arrestation en 2015 (…)», a témoigné Dabouz, également militant des droits de l’Homme.
«Nous n’allons plus revoir ce fervent défenseur des droits humains et de la cause amazighe. Le Dr Kamel-Eddine Fekhar n’est plus, il est mort pour la liberté et pour les droits de l’Homme», dira davantage Me Dabouz.
Mercredi dernier, pour rappel, le ministère de la Justice a annoncé, dans un communiqué, avoir « ordonné à ses services spécialisés d’ouvrir une enquête approfondie sur les conditions et circonstances de la mort de Kamel-Eddine Fekhar ».
Une réaction de la Justice qui vient suite à une vague d’indignation et de condamnations au sein de la population et parmi les personnalités et les partis d’opposition suite à la mort tragique du militant mozabite.
Enfin, il convient de souligner que les funérailles du défunt Fekhar ont été marquées par la présence de personnalités qui ont fait le déplacement au cimetière pour rendre hommage à Fekhar. Il s’agit, pour ne citer que les figures les plus en vue, des avocats et militants des droits de l’homme Mokrane Aït Larbi, Mustpaha Bouchachi et Salah Dabouz, le président du RCD Mohcine Belabbas, Ali Laskri, membre du Présidium du FFS, Karim Tabou (UDS), Nadia, veuve de Matoub Lounes, ainsi que Saïd Sadi.
Med Wali