Tebboune

LE CHEF DE L’ÉTAT ORDONNE LA REPRISE DES COMPÉTITIONS SPORTIVES NATIONALES ET INTERNATIONALES : À vos marques !

Au moment où les apparences laissent penser à un secteur relégué au second degré des préoccupations, le président de la République nous apprend que, finalement, le Sport national jouissait, depuis un moment déjà, d’une importance capitale en haut lieu. L’un des engagements de sa campagne électorale, le dossier de la jeunesse et des sports est tout ce qu’il y a de sensible, en effet, pour le prendre au sérieux et le traiter dans ses infimes détails.
Exit le football dont il est prématuré de s’exprimer, car ce serait avancer sur un terrain miné, le chef de l’État tient plus que jamais à réhabiliter les activités d’athlétisme afin qu’elles retrouvent la gloire d’antan. Pour ce faire, il faudrait travailler en amont, comme par exemple dénicher des pépites, ces petits écoliers talentueux qui seront les porte-flambeaux de l’Algérie dans l’arène sportive internationale.
Ainsi, lors d’une rencontre organisé lundi, dont les conclusions ont été rendues en fin de journée, le président Tebboune a regroupé les membres du gouvernement en charge directe avec les dossiers du sport à travers toutes ses disciplines.
Cette séance de travail a fait participer le Premier ministre, le ministre de la Jeunesse et des Sports, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d’élite et le président du Comité olympique algérien (COA). Outre donc la nécessité d’assainir ce secteur aussi bien des contraintes bureaucratiques que du défaut d’accompagnement et d’encadrement des athlètes, évoluant du bas jusqu’au haut du podium, le chef de l’État ordonne une reprise de toutes les activités et compétitions sportives, à l’intérieur du pays comme au niveau international.
C’est d’autant plus que l’Algérie ira défier les élites mondiales lors des Jeux olympiques de juillet 2021 et s’apprête à abriter les Jeux méditerranéens de 2022 à Oran qu’il y a lieu de reprendre les choses en main. À ces deux échéances sportives de haut niveau qu’il faudra aborder avec sérieux pour représenter dignement les couleurs nationales, s’ajoute, à l’examen de cette réunion, la question de l’organisation du sport en général et l’encadrement des athlètes d’élite en particulier.

Retrouver la gloire sportive d’antan
Le message est clair comme l’eau de roche : Hier, des athlètes algériens pour ne citer que les Morsli, Boulmerka, Benida Merah, ont réussi à inscrire leurs noms avec des lettres d’or, de bronze et d’argent, pour des consécrations qui ont fait la fierté des Algériens et fait flotter l’emblème national dans le ciel des olympiades. Il fallait rappeler encore dans quel contexte national ont-ils arraché ces exploits. Ces élites de l’athlétisme national ont percé sur la scène internationale au moment même où l’Algérie évoluait dans la violence terroriste des années 90 !
Aujourd’hui, cet héritage sportif de prestige a perdu sa valeur malgré une situation sécuritaire stable et des moyens financiers conséquents. Et le déclin de l’athlétisme national n’est pas le fruit du hasard. Il n’a pas non plus en effet échappé au contexte général qui a frappé tous les secteurs d’activité. Tombé entre les mains d’une « 3issaba » qui faisait la pluie et le beau temps, le sport a évolué dans un contexte de corruption et de gabegie que les élites et les pépites qui devaient jouir de l’accompagnement et de l’encadrement de l’État sont abandonnées à leur triste sort, des années durant. Voilà donc un défi auquel s’attaqueront les responsables du sport national au niveau gouvernement.
Le président de la République, dont les messages à l’adresse des élites sportives renseignent sur l’intérêt particulier qu’il accorde à ce secteur, a, lors de cette réunion, ordonné comme il a orienté par des consignes précises, les responsables en charge du dossier de préparer ces rendez-vous internationaux sur tous les plans, c’est-à-dire, matériels et humains. Autre chose, le chef de l’État a instruit une reprise « immédiate » de toutes les activités et compétitions sportives, scolaires et universitaire, à l’effet de donner un nouveau souffle à ce secteur, tombé dans la paralysie du fait de la pandémie de Coronavirus.
Également, a-t-il insisté sur « les mécanismes de découverte et de sélection des jeunes talents sportifs dans toutes les wilayas du pays, le président Tebboune a souligné également la nécessité de les orienter et de les former par les meilleurs encadreurs et entraîneurs algériens et internationaux pour qu’ils figurent parmi les sportifs d’élite de niveau international et puissent hisser l’emblème national, à l’instar de leurs prédécesseurs de l’ancienne génération, tout en entonnant l’hymne national dans tous les fora régionaux et internationaux du sport d’élite ».
Enfin, pour finir en beauté, le président Tebboune a transmis « ses salutations » à toute la famille sportive nationale, ces « femmes et hommes, qui ont hissé haut l’emblème de leur pays et dédié leurs médailles au peuple algérien, notamment en les conjonctures difficiles qu’il a eu à traverser ».
Farid Guellil