ouyahiap3

«L’ARTICLE 102 DE LA CONSTITUTION ÉVITE AU PAYS UNE IMPASSE» : Ouyahia appelle le Président à présenter sa démission

Le Rassemblement national démocratique a salué, hier, la position de l’Armée nationale populaire (ANP) appelant à l’application de l’article 102 de la Constitution pour sortir de la crise que traverse le pays, affirmant que cette solution «vise à éviter au pays la situation de blocage». Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Ahmed Ouyahia, le parti s’est félicité de la position annoncée, mardi, par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général de Corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, «en ce sens où elle tend à éviter au pays la situation de blocage, à travers l’activation de l’article 102 de la Constitution», saluant «l’attachement de l’ANP à assurer la protection de l’Algérie et sa gouvernance dans le cadre de la Constitution». Le RND a exprimé, en outre, sa reconnaissance et sa considération au président Bouteflika pour «tous les efforts consentis au service de l’Algérie, pendant la lutte pour l’indépendance ou en plein processus de construction et d’édification», préconisant «la démission du président de la République, conformément à l’alinéa 4 de l’article 102 de la Constitution pour faciliter le passage du pays au processus de transition défini dans la Constitution». La formation politique a plaidé pour «la formation urgente d’un gouvernement par le président de la République pour éviter tout vide ou interprétation concernant l’exécutif en cette période sensible». Le RND a indiqué avoir exhorté, il y a quelques jours, le pouvoir «à consentir davantage de concessions en vue d’appliquer la politique annoncée, le 3 et 11 mars, par le président de la République. Cependant, les évènements enregistrés au quotidien démontrent que cette démarche politique se confronte à une impasse». Le parti a souligné avoir élaboré une approche à l’effet de la soumettre au pouvoir dans le cadre des concertations, précisant qu’elle sera axée «sur le processus politique présenté par le président de la République ou le recours aux articles de la Constitution, notamment l’article 102», conclut le communiqué.
Maâlam Abdelyakine