alternativep2

L’APPEL DE PARTIS POLITIQUES, SYNDICATS, ASSOCIATIONS, COLLECTIFS ET INTELLECTUELS : « Rejet pacifique » de l’élection présidentielle

Un document, signé par plus d’une vingtaine d’organisations politiques, syndicales, d’associations, collectifs et de nombreux citoyens et personnalités nationales, a été lancé hier, appelant « solennellement les Algériennes et les Algériens, au pays et dans la diaspora, à continuer de rejeter, par tout moyen pacifique», est-il précisé, le scrutin de la présidentielle, qu’ils qualifient « de mascarade électorale du 12 décembre» en invitant dans leur appel aux citoyens « à demeurer vigilants contre toutes les provocations».
Avertissant dans leur appel que « l’heure est grave », pour les signataires de l’appel, parvenu, hier, à notre rédaction, indiquent que «  les tenants du pouvoir s’obstinent à imposer, par un violent passage en force, un président de leur choix » lit-on, au risque de porter atteinte, selon eux «  à la pérennité de l’état, voire d’entrainer le pays vers le chaos » avertissent les signataires de « l’appel au rejet pacifique » du scrutin de la présidentielle. Pour les membres du pacte de l’alternative démocratique (PAD), les syndicats, Snapap, Satef, CGATA, ou les associations, telles, LADDH, RAJ, Djazaïrouna, Mouvement Ibtikar et le collectif des profs en médecine, pour ne citer qu’eux, affirment que « face à ce brutal déni de souveraineté, la résistance pacifique du peuple est un droit légitime et un devoir » soutiennent les signataires.
Indiquant dans leur document intitulé « appel au rejet pacifique de la mascarade électorale », que « nous sommes des dizaines de millions à exiger, à juste titre, la levée des entraves aux libertés individuelles et collectives et la libération des détenus politiques», les signataires rappellent dans le texte leurs revendications, en réaffirmant que « nous revendiquons, légitimement, un changement de système politique que seuls permettront une transition démocratique » et un processus constituant souverain, poursuivent-ils «  hors du contrôle des figures » de l’ancien système autoritaire.
Rappelant auparavant que « le peuple a conquis, au prix d’immenses sacrifices, l’indépendance de notre pays sans que sa souveraineté sur le choix de ses dirigeants et la nature du régime politique ne soit jamais effective », pour les signataires de l’appel, «  l’état démocratique et social, les libertés fondamentales et la primauté du civil sur le militaire, promis par la Révolution de libération nationale, sont encore à arracher » affirme-t-on. Concluant que « les peuples du monde regardent notre révolution avec admiration », les signataires appellent le peuple à « rester uni, déterminé et pacifique dans ce combat exemplaire pour la démocratie et la citoyenneté effectives » avant de souligner avec insistance qu’ «encore une fois, rien ne pourra venir à bout de la révolution algérienne pacifique contre le système autoritaire » et de conclure par « Makache Itikhabat Mâa » El Issabat « pas d’élections avec les gangs :ndlr) ».
Karima Bennour