taleb ibrahimi

L’APPEL DE AHMED TALEB IBRAHIMI AU PEUPLE ALGÉRIEN : « Nous devons s’unir et faire bloc face au Coronavirus »

Contraint au confinement avant l’heure, par le poids de l’âge et de la maladie, l’homme politique Ahmed Taleb Ibrahimi, s’est exprimé, hier, par le biais d’une lettre adressée au peuple algérien, pour le mettre en garde contre le danger derrière lequel se cache l’épidémie du coronavirus.

Dans un message empreint de sagesse et de clairvoyance, et du haut de ses 88 ans aujourd’hui, l’ancien diplomate appelle les citoyens à faire preuve de solidarité et de patience face à la crise sanitaire que traverse aussi bien l’Algérie que toute l’humanité. « Notre cher pays traverse une épreuve difficile que nous a imposée le Coronavirus. Une épidémie que les autorités publiques, à tous les niveaux, gèrent avec sagesse et responsabilité et avec les moyens matériels et humains à disposition », écrit Taleb Ibrahimi, pour qui, les Algériens ne doivent pas négliger et ou prendre à la légère les dangers de cette pandémie. Plus encore, il recommande aux citoyens de ne pas céder aux discours défaitistes qui sèment la panique parmi la population. Autrement dit, maintenir la veille et l’esprit de vigilance et garder la patience, comme valeurs connues au peuple algérien, qui a toujours su dépasser les crises. Ainsi, et face à cette conjoncture sanitaire grave, l’ancien ministre des Affaires étrangères estime que les Algériens n’ont d’autres choix que de « s’unir, se solidariser et de faire bloc » pour la dépasser.
« Nous devons faire preuve de discipline, de respecter les consignes des autorités sanitaires du pays, et d’écouter les médecins et spécialistes que je salue, au passage pour leurs sacrifices », suggère encore Taleb Ibrahimi. Vieux de la veille, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 99, qui n’a d’ailleurs pas raté l’occasion de rappeler les péripéties de la décennie terroriste ou encore les 20 années de règne du président déchu Bouteflika, que l’Algérie a eu à subir comme crises, a conseillé aux citoyens de s’en tenir aux mesures de confinement décidées par les hautes Autorités du pays. Autrement, le « rester chez soi » qui s’impose, éviter la circulation et les déplacements et de prendre les conseils des médecins, à l’effet de se surpasser de cette crise. « Notre cher pays finira, grâce à Dieu premièrement, et la volonté de ses hommes, par dépasser cette épidémie que nos aïeux ont eu à dépasser à travers l’histoire », écrit Taleb Ibrahimi. Il convient de rappeler que le 13 janvier dernier, l’ancien ministre de l’Éducation comme de la Culture a reçu la visite du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à son domicile à Alger. Contraint par son âge avancé, Ibrahimi n’a pas pu faire le déplacement vers le palais d’El Mouradia pour échanger avec le Président sur la situation générale du pays.
Farid Guellil