Zaalan

JUSTICE : Les ex-ministres Zaâlane et El Ghazi placés sous mandat de dépôt

La liste des membres de l’ancien gouvernement et d’ex-hauts responsables placés en détention à la prison d’El Harrach s’allonge. Au cours de cette semaine, deux autres anciens membres dans les gouvernements successifs ayant servi durant la période de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ont été placés en détention provisoire. Il s’agit des ministres Abdelghani Zaâlane et Mohamed El Ghazi qui ont dirigé respectivement les départements des Transports et celui du Travail. Toutefois, les ministres sont poursuivis pour des faits datant de l’époque où ils étaient walis d’Oran et de Chlef respectivement.
Les mis en cause sont poursuivis pour dilapidation de deniers publics, abus de fonction et trafic d’influence. « Dans le cadre de l’instruction ouverte au niveau de la Cour suprême, le Conseiller instructeur a auditionné le 5 août 2019, l’ex-Wali de Chlef, El Ghazi Mohamed, poursuivi pour avoir sollicité ou accepté directement ou indirectement un avantage indu, soit pour lui-même ou pour une autre personne ou entité afin qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte relevant de ses fonctions, dilapidation de deniers publics, utilisation illicite, en sa faveur ou en faveur d’une tierce personne ou entité, de biens publics et abus de fonction », a précisé un communiqué de la Cour suprême, rendu public à l’issue de son audition par le conseiller instructeur de ladite juridiction.
Par ailleurs, trois charges principales ont été retenues contre Abdelghani Zaâlane dans cette affaire. Il a été mis en cause pour abus de fonction, utilisation illicite en sa faveur ou en faveur d’une tierce partie de biens publics et abus de pouvoir. Sur ce, les deux prévenus ont été placés sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach. Pour rappel, les noms de ces deux ministres ont été déjà cités dans l’affaire de saisie de grandes sommes d’argent de source suspecte, à l’intérieur d’un logement à Moretti dans la commune de Staoueli (Alger). Dans le détail, un communiqué du procureur de la République près le tribunal de Cheraga avait précisé qu’un montant de 113 439 200 DA, une somme de 270 000 Euros, une autre somme de 30 000 UDS ainsi que près de 17 kg de bijoux », ont été saisis à l’intérieur du logement en question.
Après parachèvement des procédures de l’enquête préliminaire, le procureur avait précisé que le dossier des deux anciens hauts cadres, Abdelghani Zaâlane et Mohamed El Ghazi a été transmis au procureur général près la Cour de Tipasa dans le cadre des procédures de privilèges de juridiction, en application des dispositions de l’article 573 du Code de procédure pénale.
De surcroît, l’ancien ministre des Transports, Abdelghani Zaâlane, a été mis sous contrôle judiciaire par le conseiller magistrat instructeur près la Cour suprême dans le cadre de l’enquête sur deux affaires liées au Patron de l’ETRHB, Ali Haddad et le patron de Cima Motors, Mahieddine Tahkout. Il a été mis en cause pour octroi d’indus avantages lors de passation de marché en violation des dispositions légales et réglementaires, abus de fonction par un agent public en violation des lois et réglementations en vigueur, conflit d’intérêts, corruption en matière de passation de marchés publics et dilapidation de deniers publics.
Enfin, il est utile de rappeler que Zaâlane a été à la tête de l’exécutif dans la wilaya d’Oran de 2013 à 2017, tandis qu’El Ghazi a été wali de Chlef de 2001 à 2008.
L. B.